En avant je vous embarque dans l'aventure du no-poo!

Publié le par schnappy

Bonjour !

 

Pour fêter la renaissance de mon blog je vous propose de me suivre dans un autre type d’aventure lavable : le no poo.

 

Le no poo, je l’ai découvert il y a peu sur un groupe FB d’organisation que je suis. J’ai googlisé et je suis tombé sur la méthode qui consiste à remplacer le shampooing par un « lavage » à l’après shampooing. Pour moi c’est un non sens, j’ai refermé la page.

 

Et puis, il y a peu, je me suis retrouvée chez ma cousine à paris, le cheveu gras, pas le temps de me laver les cheveux, un peu la honte. Mes cheveux sont de véritables junkies du shampooing industriel : ils réclament leur dose de détergent chaque jour, et comme tout bon junkie qui se respecte, ils sont détériorés par le trop plein de junk.

 

Enfin bref. Ma couz m’a alors parlé de shampooing sec. Or pour moi le shampooing sec, c’est le truc qu’on se met à l’hôpital quand on ne peut pas se lever pour prendre une douche, pour moi c’est pareil que la toilette dans le lit ou même pisser dans le bassin, c’est no way.

Oui mais, ce jour là je n’avais que ça sous la main. Elle m’a sorti un joli pshitt Klorane, elle m’a bombé le cuir chevelu, on a attendu, on a brossé, miracle mes cheveux n’étaient plus gras.

J’ai commencé à percevoir, peut-être, le bout du tunnel pour les milliers de junkies implantés sur mon cuir chevelu. Par contre dans ma logique de consommation actuelle, acheter un produit sans avoir vérifié que je ne pouvais le faire moi-même, pas question ! j’ai donc googlisé, trouvé des recettes, constaté la simplicité du truc, marché conclu.

 

J’ai donc secrètement décidé d’alterner shampooing sec et shampooing  industriels.

 

 

Oui mais hasard du calendrier, il m’est arrivé quelques jours plus tard un drame capillaire qui m’a fait basculer sur le dark-side-of-the-no-poo.

Parce que bon, le lundi soir, quand j’ai voulu faire mon shampooing, la bouteille avait tout simplement disparu. Le mystère n’a à ce jour pas encore été éclairci. Volatilisée. Alors que j’avais un bain d’huile de coco qui posait sur ma tête depuis plusieurs heures. Fibrillation cardioventriculaire bipbipbiiiiiiiiip ! Obligée de prendre le shamp de mes enfants ce qui ne m’aurait pas dérangée plus que ça habituellement mais qui n’était pas le plus approprié pour enlever le bain d’huile.

 

Je romance évidemment mais le stress dans lequel m’a mis cette histoire, et ce sentiment d’être trahie par la vie, m’ont fait réfléchir. J’ai donc été fouiner sur le net en quête d’une recette de shampooing. Pas une recette complexe comme on en voit partout, non, une recette simple, réalisable sans commande AZ, un truc de dépannage quoi.

Je ne sais pas vous, mais les recettes de cosméto que je croise sur le net me fascinent. Souvent plus d’une dizaines d’ingrédients, Des protéines de machin, des complexes de truc, des poudre de yaourt, des tas d’ingrédients assez nébuleux, des composés, des fragrances, des trucs qui viennent de l’autre bout du monde, ou issu de plantes rares, bref : on a l’impression que le but est de refaire un shampooing du commerce (bio cependant, sans paraben, et sans sulfate). Cela constitue certes une prouesse mais à titre personnel ce n’est pas dans ce type de démarche que je souhaite m’inscrire. Pour moi, un produit maison, économique et écologique, doit comprendre un nombre limité de composants, composants simples, facilement trouvables (difficile cependant de rester toujours local) et facilement assemblables.

 

J’y reviendrai sans doute dans des articles ultérieurs, mais voilà le type de produit maison que je recherche :

  • shampooing sec : fécule de mais (maizenna), éventuellement argile (blanche, j’en ai dans mon placard), éventuellement HE (lavande, j’en ai dans mon placard), éventuellement cacao si c’est pour mes enfants qui ont les cheveux foncés.
  • Shampooing à la farine de seigle : farine de seigle, eau, éventuellement quelques gouttes de vinaigre de cidre+HE.
  • Eau de rinçage pour démêler et faire briller : eau, vinaigre de cidre, éventuellement HE.
  •  

Enfin voilà. J’en étais là de mes web-périgrinations quand je suis tombée sur l’article d’antigone XXI, « le jour où j’ai arrêté de me laver les cheveux ». à nouveau du no-poo mais pas question de se laver les cheveux à l’après shampooing cette fois : quelque chose de construit, de sérieux, de fiable, de carré, parfait pour moi. Ça m’a ouvert de nouveaux horizons. Of course je vais vous mettre le lien de cet excellent article (et n'oubliez pas de visiter sa FAQ) mais à la fin de mon article sinon je risque bien de vous perdre en route ^^

Le no-poo, ce n'est pas arrêter de se laver les cheveux, c'est arrêter d'utiliser les shampooings. nuance de taille ! Je ne vous ferai pas le laius sur les raisons pour lesquelles il est intéressant d'arrêter l'usage du shampooing, d'autres l'ont fait très bien, Antigone XXI en particulier. Arrêter les shampooings ne veut pas dire arrêter de se laver les cheveux ! simplement c'est s'engager dans un processus qui amène à utiliser des produits de moins en moins agressifs pour laver et prendre soin de ses cheveux. Espacer son shampooing habituel, le diluer, passer éventuellement à des shampooings slow (maison, à l'oeuf, au miel, à l'aloé, à la farine de seigle... vous ne saviez pas que tous ces produits, dont certains tronent en bonne place de vos placards, pouvaient laver vos cheveux aussi bien que les shamp industriels? moi non plus ! mais la bonne nouvelle c'est que je me propose de le tester pour vous^^ ). Antigone XXI quant à elle utilise du bicarbonate de sodium dilué suivi d'un rinçage à l'eau vinaigrée pour nettoyer ses cheveux. Cela vous semble agressif? Dites vous que la formule de votre shampooing favori est proche de celle du liquide vaisselle : TRES agressif. vous l'utilisez tous les combien? Parce qu'Antigone n'introduit le bicarbonate qu'au moment où les lavages n'interviennent qu'une fois par semaine, voire toutes les 2 semaines. Et d'ailleurs le but est d'espacer encore et encore. Cela ne convient donc PAS à un usage fréquent, mais cela vaut également pour nos shampooings fétiches : pourquoi regraissons nous des cheveux? eh bien pas parce qu'ils sont sales, non non non !  ils regraissent parce qu'on les décape trop souvent avec des produits agressifs. les shampooings sont agressifs, on en a besoin donc très souvent, les industriels se frottent les mains et en prime nous font croire que sans shampooing pas de salut : produit nécessaire et efficace. Société de consommation HaHA.

 

Ce lundi a donc été le J1 de mon aventure : le jour de mon dernier shampooing aveugle. Pas question pour moi de commencer directement par le no-poo version bicarbonate de sodium : il est conseillé d'abord d'espacer les shampooings jusqu'à arriver à une fréquence d'une bonne semaine entre deux shampooing. Je pars de loin avec mon shampooing quotidien, c'est donc en soi un challenge.

J2 mes cheveux regraissaient déjà, et comme j’avais un (vieux hum) tube d’aloe vera dans mon frigo, j’ai tenté un shampooing sec à l’aloe vera (qui en fait n’est pas sec, simplement on ne se mouille pas les cheveux à l’eau) : poser l’aloe sur l’ensemble de la chevelure le soir, dormir. Le lendemain, brosser. Résultat très satisfaisant, cheveux d’aspect propre et longueur douces.

J3, stress pour moi qui me lave les cheveux tous les jours. Traquage de mon reflet dans le miroir, ai-je les cheveux gras ? cela se voit-il ? Le soir je fais un shampooing sec. Pas encore la technique optimale, le résultat est chouette mais je n’ai pas confiance, une heure après je me retartine compulsivement d’aloe vera (pas rigoler !!!!!), re-brossage le matin, tressage de la frange pour éviter d’y toucher la journée.

J4 : à nouveau le stress monte. Avec ma tresse les cheveux n’ont pas bougé, ouf ! je me tâte à laisser la tresse la nuit et je l’aurais certainement fait si cela était tombé pendant un WE… mais je cède et je me fais un shamp. Il est conseillé de ne pas arrêter brutalement le shampooing du commerce mais de le ralentir dans un premier temps. Oui mais voilà, mon shampooing a disparu et je ne suis pas vraiment motivée pour en racheter. J’ai fait une commande AZ pour en faire un plus doux pour la transition, mais dans l’attente, je suis obligée de me débrouiller autrement : farine de seigle, eau, un coup de mixer, 4 gouttes d’HE lavande dans une demi cuiller à café de vinaigre de cidre, c’est avec l’excitation de l’inconnu que je me douche ce soir là.

Le shampooing à la farine de seigle fait le buzz chez les no-pooiennes outre atlantique. Elles trouvent que ça lave super bien, que c’est bourré de provitamines machin, que c’est pile le PH du cuir chevelu, le tout assorti de photos de chevelures magnifiques : pourquoi pas essayer ? La consistance est assez épaisse, le mot « slippery » utilisé pour qualifier le shampooing m’avait laissé un peu perplexe à la lecture des nénettes mais dans mes mains il prend tout son sens. Bien évidemment ça ne mousse pas, ce n’est pas une sensation habituelle et une fois la tête mouillée et le shampooing posé, je commence à me dire que je n’ai pas prévu d’après shampooing et que ça va être la misère à déméler. Je masse, j’insiste sur les racines, tête en haut, tête en bas, je laisse poser le temps de finir de me laver, je rince et je rince encore… (je rince la douche encore et encore lol). Eh bien à ma grande surprise, mes cheveux se sont démêlés sans encombre. Très bien lavés et doux.

Ce shampooing est adopté. Je le referai c’est sûr, par contre je vais alterner avec le shampooing doux que je vais faire dès réception de ma commande AZ pour que la transition ne soit pas trop violente pour ma tignasse. Je ne m’attends pas à ce que le sébum mette plusieurs jours à réapparaitre :  je n’en suis qu’au tout début de l’aventure. Mon cuir chevelu n’a pas encore réalisé ce qui lui arrivait. Il fait comme d’hab : il sur-produit en prévision et en réaction à l’inévitable agression du shampooing journalier. Il ne sait pas encore que de shampooing journalier il n’est point question.

 

J5 : je suis détendue mais on est vendredi et pas de mondanités prévues ce WE : pas de stress. je ne m'occupe donc pas de mes cheveux ce soir là, juste brossage intensif.

 

Voilà l’histoire des premiers jours de mon aventure no poo. De nouvelles habitudes à prendre (la brossage en particulier), pour moi mais aussi pour les enfants. J’espère qu’elle vous aura plu et vous aura donné envie de connaitre la suite…

 

 

… la suite sous peu !

 

Bon après miidi!

 

En bonus track comme promis le lien vers la bible du no-poo : http://antigonexxi.com/2013/10/23/le-jour-ou-jai-arrete-de-me-laver-les-cheveux/

Commenter cet article

Marine 25/02/2016 17:15

C'est quoi du HE ?

Linette_sortezdevosconapts 25/02/2016 17:55

mais bonjour :)

Linette_sortezdevosconapts 25/02/2016 17:55

Huile Essentielle ;)

ester 09/09/2014 21:00

Plus plus plus! Ça fait deux semaines que je lis sur le no poo ( en anglais, espagnol et français) c'est pour dire que j'en ai lu des milliers de techniques, ingrédients et pH. Fatigué. Et..et...et... Je viens de tomber sur ton blog, et j'ai encore lu et ça m'a plu. Bonne écriture, drôle et sensé. Chapeau !. Je vais chercher la suite de tes aventures no poo n espérant qu'il y en ait!!!. Signé : une no poo de deux semaines.

schnappy 09/09/2014 21:31

hihi merci ! ça fait longtemps que je n'ai pas écrit sur je sujet tiens...:)
L'absence de shampoing fait désormais partie de ma vie en fait. Je me lave les cheveux tous les 4 jours, en alternance bicarbonate+ rinçage au vinaigre, et shampoing à la farine de pois chiche (même principe que celui à la farine de seigle).
Mes cheveux progressent doucement et aussi, je me suis détendue du gilet :)

tu me donnes envie d'écrire à nouveau sur le sujet tiens :)