Connaissez-vous la oil cleansing method ?

Publié le par schnappy

Je ne sais pas vous mais moi, mes rapports avec ma peau ont toujours été…… pour le moins très conflictuels et houleux.

 

J’ai commencé à avoir de l’acné au début du collège, j’en ai énormément souffert. Je n’avais pas le droit de me maquiller et j’ai dû essuyer de multiples surnoms très humiliants qui me hantent encore plus de 20 plus tard.

 

J’ai enchainé pendant  plus de 15 ans des traitements très agressifs. Des antibios, des crèmes/gels décapants. Le pire c’est que je les appelais de mes vœux ! J’ai pété un scandale pour obtenir ma première cure de roaccutane. Je l’ai attendue comme le messie et malheureusement non seulement le miracle attendu (et annoncé) n’est pas arrivé, mais l’amélioration péniblement obtenue s’est évanouie quelque mois après la fin de la cure. Re crèmes, antibiotiques… un autre dermato a pensé que la cure avait dû être incomplète et je suis partie pour une 2e. Et quelques années encore plus tard, une 3e.

Parallèlement j’ai été mise sous Androcur. Là encore on m’a annoncé un miracle. Androcur, c’est ma gynéco qui me l’a prescrit. Comme moyen de contraception (couplé à des oestrogènes en gel) adapté à ma peau. Je ne pouvais prétendre à la célèbre Diane 35 à cause de mon taux de cholestérol qui était plutôt haut et qui a familialement tendance à être plutôt élevé. J’ai pris Androcur pendant près de 10 ans.

 

Et ma peau dans tout ça ? Je la maltraitais énormément. Elle était grasse, elle était moche et me complexait énormément. Une peau aussi pourrie, je ne pouvais pas la nourrir, pour moi la nourrir ne pouvait qu’empirer les choses : personne ne m’a jamais expliqué qu’en réalité je faisais tout l’inverse.

 

Par ailleurs personne n’a jamais pris le temps de m’expliquer l’influence du régime alimentaire sur l’état de la peau. Mes grand mères m’ont bien conseillé d’arrêter de manger de la charcuterie mais… je les ai remballées proprement, c’étaient des grand mères, pas des médecins. Les médecins eux ne se sont jamais réellement penchés sur mes habitudes alimentaires, ni concernant le cholestérol, ni concernant l’acné. J’avais de vagues consignes mais rien concernant les produits laitiers ou le sucre raffiné…Peut-être eux même ne croyaient pas en cette causalité… Le drame de la médecine moderne, un symptôme, un traitement (et non un symptôme, une causalité).

 

 

Un jour, j’étais encore sous Androcur avec une amélioration relative, mais j’avais juré de ne plus reprendre de traitements sévères pour mon acné, j’ai découvert la oil cleansign méthod. Traduction mot à mot pour les non anglophones : méthode de nettoyage à l’huile.

Moi qui avait toujours cru que mettre quoi que ce soit sur ma peau entretiendrait son problème, l’idée de mettre de l’huile (et d’autant plus, d’arranger les choses avec de l’huile) m’a semblé au premier abord complètement à côté de la plaque. Mais par curiosité, j’ai lu, j’ai lu la méthode et j’ai lu les témoignages, et j’ai essayé.

J’ai appris alors que les produits décapants retirent toute l’huile de la peau, or cette huile a une fonction protectrice et nourrissante : ainsi plus on cherche à l’enlever et plus la peau en produit pour compenser. Décaper la peau est donc un non sens qui ne peut jamais aboutir à une victoire de canard, c’est une illusion. La peau produit de l’huile car elle en a besoin.  Il faut comprendre le fonctionnement de notre peau et faire en fonction, non se battre contre elle.

 

Mais comment l’huile peut-elle nettoyer de l’huile ?

L’huile que l’on va utiliser pour nettoyer la peau va dissoudre l’huile sécrétée par la peau et chargée de tout ce qui bouche les pores, impuretés, pollutions and co. Ensuite, la chaleur apportée par le gant imbibé d’eau chaude va ouvrir les pores, leur permettant de se libérer.

 

Deux huiles seront nécessaires.

La première et la plus importante : l’huile de ricin. Oui, je sais, elle est visqueuse, et vous vous demandez surement comment il est possible d’être assez fou pour la mettre sur le visage en espérant en sortir indemne. D’ailleurs, vous devez bien vous demander, si vous connaissez cette huile, comment diable je vais me dépatouiller pour l’enlever une fois posée. Je vous promets, c’est super simple.

Cette huile a des propriétés nettoyantes et régénérantes, ainsi que des propriétés anti inflammatoires.

Cependant on ne va pas l’utiliser seule. Elle est indispensable mais elle est puissante et donc, elle ne doit pas être majoritaire, car si on en utilise trop, aussi étonnant que cela puisse paraitre, elle aura l’effet d’assécher votre peau. Surprenant pour une huile aussi visqueuse, non ?

Elle devra donc être diluée dans une seconde huile. La seconde huile sera une huile adaptée à votre peau. Non comédogène évidemment. Huile de Nigelle, de noisette ou de jojoba pour les peaux grasses, par exemple.

Je fais personnellement le mélange dans ma main. Sachez que plus votre peau est sèche, moins il faut mettre d’huile de ricin. Même pour une peau grasse, la proportion d’huile de ricin ne devrait pas excéder 30%. Il est plutôt conseillé de faire le nettoyage à l’huile le soir. Le matin, un simple passage avec un gant chaud et mouillé suffit. Il ne s’agit pas de nettoyer trop souvent la peau, et en arriver à l’agresser, cela serait contre-productif avec l’objectif qui est de nettoyer ET contrôler la production d’huile par la peau.

Pas besoin de se démaquiller avant : c’est un démaquillage, qui enlèvera fards, fonds de teint, mascara même waterproof, en plus de la pollution, de la saleté et des peaux mortes.

- Il suffit, une fois le mélange d’huile dans les mains, de la réchauffer entre les mains. Je frotte mes mains l’une contre l’autre jusqu’à ce que je sente l’échauffement, puis je me masse doucement et longuement le visage.

- Ensuite, une fois que tout est bien dissous, je passe un gant de toilette sous l’eau très chaude. Je ne le pose pas directement sur mon visage mais l’en approche vraiment tout près, à un poil de cheveux : la chaleur ouvre les pores, permettant la libération de ce qui les bouche. Quand le gant n’est plus brulant mais tout de même chaud, je l’applique sur mon visage pour retirer le tout. Je ne compte pas, mais je pense que trois passage de gant sous l’eau très chaude suffisent à finaliser le nettoyage.

- Ensuite je me tapote le visage avec une serviette, et là miracle : non seulement ma peau est propre mais en plus elle n’est pas grasse. Et pourtant c’est bien avec de l’huile de ricin que  je viens de l’enduire…bluffant je vous dit. Pas besoin donc de faire un nettoyage supplémentaire au savon, car il n’y a pas de résidu gras.

Si la peau tire ensuite, il ne faut pas hésiter à remettre 2 ou 3 gouttes d’huile (pas de ricin cette fois ! l’autre, celle adaptée à votre peau) dans vos mains, les chauffer et les appliquer sur votre visage.

 

Ce n’est pas un nettoyage à faire quotidiennement, il pourrait assécher votre peau (paradoxal, isn’t it ?). A alterner donc avec un démaquillage plus classique.

Après ce nettoyage, ma peau est saine, elle n’est pas rouge, elle est juste bien. Cette méthode ne fait pas tout concernant l’acné, je pense qu’il faut sortir de cette attente complètement illusoire d’un miracle. Mais au moins, cela contribue à se réconcilier avec sa peau, à apprendre à en prendre soin. Cela améliore ce qui peut l’être même si cela n’est pas une méthode curative…malheureusement l’acné tardif comme le mien a souvent des causes hormonales, ce n’est donc pas la routine de nettoyage de la peau qui va en venir à bout : il faut se pencher sur les différents facteurs qui en sont la cause. Cependant, pour moi qui à l’heure actuelle, depuis mon second accouchement, connait une rémission de mon acné (sans pour autant que ça soit de l’histoire ancienne malheureusement), je vois une réelle différence. Ma peau est beaucoup plus saine quand j’intègre ce nettoyage dans ma routine !

Et vous, vous imaginez-vous traiter votre peau grasse avec de l’huile ?

Commenter cet article