Chronique musicale par une quiche en musique (et blonde en plus)

Publié le par Linette_sortezdevosconapts

Aujourd’hui et une fois n'est pas coutume,
je vous propose un petit intermède musical !

Il y a un truc rigolo chez moi. L’écrasante majorité de mes amis, pour ne pas dire presque tous, sont musiciens. Même que certains sont musiciens dans des groupes vraiment canons. Quand même à mon mariage, on avait une partie de Cirrus Minor. Pour ne citer que ce groupe, parce que des groupes il y en avait pas mal. Dans une autre vie (qui me manque énormément d’ailleurs), j’étais groupie officielle de mon pote Spookie, grateux de Chère Catastrophe. Et dans une vie encore plus ancienne, mais avec la même bande de pote, on s’est payé des bonnes barres de rire avec Ultra Vomit

Et pourtant. Je suis une quiche en musique.

Mes références, surtout dans le secteur musical occupé par mes potes, sont lacunaires, parfois faciles, et se sont arrêtées au grunge pour midinettes des années 95. Bon et en plus, je suis blonde (mais pas dénuée d'autodérision, quand même).

Comment donc se fait-il que je puisse prétendre à écrire une chronique musicale ?

Tous ces groupes, que je connais ou que j’ai entendu maintes fois, chez moi, dans la voiture, chez les potes, ou en concert, je ne les entends pas à travers une oreille musicale (dont je suis dépourvue) mais je les vois à travers le regard de l’amitié.

Rien d’objectif à attendre de moi donc, je ne décrirai pas le grain, ni le son, je n’utiliserai aucun vocabulaire technique et ne ferai aucune comparaison valable…. Je vous propose quelque chose de … tout à fait SUBJECTIF. Mais… j’assume.

Samedi dernier, nous avons été voir MoonyA, dont je vous parlais ici, en concert (frustrée que j’étais de ne pas avoir vraiment profité de son set le jour de mon mariage), et là, le groupe de dernière partie de soirée m’a scotchée. Scotchée par sa performance ? Par son style, par sa maitrise ? Honnêtement en la matière mon avis ne vaut pas grand-chose…. mais une chose est sûre, il m'a surtout scotchée à mes souvenirs, mes très bons souvenirs et mes regrets aussi.

Purr est un groupe de ma région (la normandie), composé de 2 gratteux et un batteur. J’avoue, il y a eu bataille à notre table concernant la prononciation, durant laquelle [Pioure] s’est fighté avec [peur].

 

Chronique musicale par une quiche en musique (et blonde en plus)

Le style ? J’en sais rien, ça fait partie du vocabulaire que je ne possède pas. Rock. Un peu saturé. Un peu mélodique aussi ? Technique et travaillé, sans aucun doute. Des gratteux très forts, un ensemble super propre et très efficace.

Mais bon, qu’importe les mots, le principal c’est ce que cela déclenche, non ? Nan ?

Bon comme je sais que mon lectorat est un peu essentiellement féminin je sais que ça fera écho, mais je sais aussi que ça fera sans doute bondir un métalleux un peu égaré par chez moi. J'assume, j’avoue cette idée me fait sourire, un sourire un peu espiègle.

Enfin bref. Le chant dans la config de ce café concert n’était pas du tout mis en valeur… mais j’ai envie de dire, la ligne musicale se suffit largement à elle-même. C’est un groupe qui pour moi passerait nickel en version uniquement instrumentale.

crédit photo : Stéphane Planque

crédit photo : Stéphane Planque

Bon alors question références, j’ai dit à mon M.A.R.I. (il faut que je m’y habitue !!!) qui, lui, est musicophile, métalophile et rockophile « ça me fait penser à Brazen ». A sa tête mi moqueuse mi navrée je pense pourvoir déduire qu’il n’était pas exactement de mon avis.

Bin je maintiens. Peut être que le fait que Brazen ait émergé à ce moment là n’est pas dû purement à une affilitation musicale, mais il n’est pas apparu pour rien. Et d’ailleurs je ne sais pas si ça tient à la musique en elle-même où au jeu de scène de l’un des grateux (qui me rappelle celui d’un pote, jeune branleur de son état à l’époque, ami précieux mais impitoyable avec les nanas, un peu mystérieux, tout en étant à la fois mon plus grand pote de commérage, détrônant même mes amiEs dans ce domaine) , mais ce groupe m’a directement replongée dans des années où Brazen tournait assez souvent sur mon PC, et où Chère Catastrophe était encore debout et jouant de temps en temps au Mondo Bizarro.

Il m’a rappelé des années plus simples et plus insouciantes, les amis que j’ai laissé en Bretagne et qui me manquent énormément, un certain été que l’on a tous passé à la plage de Saint Briac, les crèpes à Saint Malo au retour de la plage, les pizzas commandées de la voiture, dans les embouteillages, pour retourner sur Rennes, les conneries sans nom regardées le samedi soir là la télé, les blind test pourris, des soirées UNO où on passait notre temps à tricher, des chorégraphies de pieds, des spliff sur le balcon (ou même dans le canapé)… et les grosses barres de rire, surtout, souvent même à en pleurer.

Voilà voilà.

Parfois le cerveau fait un lien indissociable entre une musique, un son, et une atmosphère, une série de souvenirs et d'émotions, bin là pour moi on est en plein dedans. De la rigolade, de l'humour, de l’insouciance et de l’amitié. (Et aussi, de la musique).

crédit photo : Stéphane Planque

crédit photo : Stéphane Planque

Merci donc Purr, des moments comme ceux-ci sont relativement rares et très chouettes. Même si ma chronique vous fait une belle jambe, l’espace de quelques morceaux, j’ai touché du bout des doigts ces personnes que j'aimerais voir bien plus souvent.

Et ça m'a collé un bon vieux smile.

Publié dans intermède !

Commenter cet article

Pauline 02/04/2015 20:21

Hé mais c'est Vadim à droite. Ou son frère?

Linette_sortezdevosconapts 02/04/2015 21:04

oui vadim c'est ça (je crois. je les connais pas personnellement lol)