Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

*interlude magique pour chasser la grisaille* Anatole, édition 2015

Je sais pas vous mais moi, depuis le 13 novembre, je suis sidérée.

Sidérée par les faits, sidérées par leur récupération, par les propos haineux à peine voilés, par les brutalités policières et discriminatoires à l'encontre de la communauté musulmane, tout comme par celles à l'encontre des militants gênants. Les victimes ont été tuées une deuxièmes fois en servant d'alibi à tous ces abus institutionnels.
Les hoax qui surgissent de partout, et sont relayés même par certains de mes proches. Je passe, certaines journées, plus de temps à déhoaxer qu'à consacrer du temps aux miens. Parce que tout ça m'obsède. Ce ne sont pas des détails. C'est très grave, pour nous, pour ce que cela veut dire de la santé de notre démocratie oligarchie.

J'ai perdu le gout d'écrire. Des trucs qui paraissent désormais bien futiles. Des menus. Des DIY. Je n'arrive pas bien à reprendre le cours normal de ma petite vie de blogueuse. Et puis il y a eu l'article d'hier, qui m'a un peu libérée, comme quand on est malade pendant des heures et qu'on finit ENFIN par vomir tripes et boyaux... Pardonnez l'image, mais c'est vraiment ça que m'inspire cette triste actualité du mois de novembre.

Et puis... et puis il y a les enfants. Les miens. Innocents. Oui bien sûr, ils n'ont pas été épargnés par ce mois de novembre. Ils ont été confrontés à la mort, par deux fois, une première fois lors des attentats, l'école, les parents, ont bien dû en dire quelque chose. Une seconde, une semaine après, où pour la première fois ils ont été confrontés au décès d'une personne qu'ils connaissaient, un papa de surcroit. Ils ont vu notre tristesse, ils ont compris que ni leurs parents, ni eux même n'étaient éternels. Mais enfin, nous les adultes, nous mettons tout de même des filtres entre les enfants et la réalité crue. L'amour les protège, et ils constituent ma raison d'avancer et aussi, de vouloir continuer à construire un monde meilleur. à y croire. Rien qu'un peu... Si moi leur maman je n'y crois pas, qui se battra pour eux?

Enfin bref. Et en leur qualité de jeunes enfants, ils m'ont botté les fesses pour que je reprenne pied dans un monde plus imaginaire, plus féérique.. le leur.

*interlude magique pour chasser la grisaille* Anatole, édition 2015

Parce que voyez vous, demain, c'est le premier décembre. Et la tradition dans notre famille, c'est que en décembre, Anatole, le renne du père noel, vient chez nous pour nous aider à préparer Noël.

Je ne tiens pas particulièrement à ce que mes enfants croient en le père noel. En fait, je ne fais même pas beaucoup d'efforts. Ils savent qui achète ou fabrique les cadeaux. Ils savent que si moi, je ne les fabrique pas, ce sont d'autres personnes qui le font et dans des conditions bien moins fun. Ils savent que la fabrication, le transport et le gachis de tous ces jouets polluent la planète, leur planète. Mais quand même, ils veulent être dupes et on ne les détrompe pas : on ne fait pas des caisses concernant les mystères de cette prériode, quoi, mais eux s'arrangent  avec eux-mêmes pour qu'à un moment de la chaine, le père noel récupère les cadeaux et les leur amène. Après tout ils n'ont que 3 et 6 ans...

Que ce soit le père noël ou Anatole, ce sont des histoires, ce ne sont que des histoires, auxquelles mes enfants choisissent, ou non, de croire.

Anatole est venu dans notre maison pour la première fois il y a deux ans. C'est un animal nocturne qui met beaucoup de vie dans la maison, et les enfants sont toujours très impatients de se lever pour voir ce qu'il a encore bien pu boutiquer pendant leur sommeil. Ceux qui me connaissent personnellement ont suivi ses aventures sur FB, et il a quelques fans d'ailleurs, bien adultes pourtant, qui attendent chaque année son retour....

Alors voilà. Ce soir, on a été rechercher la poudre de fée pour qu'Anatole trouve le chemin de notre nouvelle maison. Les enfants ont consciencieusement parsemé l'allée et le pas de porte de cette poudre "magique".

Puis, comme Anatole vient (quand même !) du pôle nord, on lui a laissé de quoi se restaurer.

*interlude magique pour chasser la grisaille* Anatole, édition 2015

Et voilà ce que les enfants découvriront quand ils ouvriront la porte demain pour partir à l'école.....

 

PS :  je ne publierai pas un article par jour pour Anatole, impossible au mois de décembre ! Si vous souhaitez suivre ses aventures, je mettrai la photo du jour sur la page FB du blog, n'hésitez pas à vous abonner !

*interlude magique pour chasser la grisaille* Anatole, édition 2015

Un peu de légèreté et de féérie me fera le plus grand bien, je pense.
J'ai tellement
l'impression que mon âme d'enfant est enfouie si loin.... si profond....
Je remercie tout plein mes enfants qui me rappellent une fois de plus
la raison pour laquelle je me bats chaque jour pour un monde meilleur...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ju' 01/12/2015 10:48

Génial l'histoire d'Anatole :) Nous on ne sait pas trop quoi faire pour le Père Noël, c'est la 1e année que c'est vraiment un enjeu car avant il était trop petit. J'aime bien l'idée de transposer la féerie à un autre personnage de l'univers de Noël. En tout cas ne te laisse pas abattre, si on a l'occasion je te parlerai d'une vidéo que j'ai vu il y a quelques années qui annonçait un peu déjà tout ça, ce n'est qu'une étape vers quelque chose de bien meilleur :) Aies confiance !!! :)

Sarah Physalis 01/12/2015 08:53

J'adore le principe!! c'est franchement une très bonne idée et effectivement comme le dit Natasha, c'est du baume au cœur! J'ai hâte d'en savoir plus sur vos aventures avec Anatole! Profitez bien de cette période magique!

Échos verts ❀ Natasha 01/12/2015 07:59

Que ça réchauffe le coeur ! Je vous souhaite une très belle et douce période de l'Avent avec Anatole :-)