Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Octobre sans chauffage... on fait novembre aussi ou tout le monde a compris?

Dans les actions citoyennes rigolottes à expérimenter, il y a le défi « octobre sans chauffage ».

Le principe est de s’engager sur un nombre de jour (pas forcément le mois entier) sans chauffage, l’équipe du défi transforme ensuite ces données en termes d’économies de gaz à effets de serre non relâchés dans l’atmosphère, c’est ludique, c’est plutôt dynamique, c’est bon enfant et surtout, cela montre que la somme des efforts individuels n’est pas négligeable, pour peu que l’on sache comment les rassembler.

Octobre sans chauffage... on fait novembre aussi ou tout le monde a compris?

Alors Octobre sans chauffage, qu’est ce que cela a donné chez nous ?

Sur le mois d’octobre, on a finalement dépensé 1/2 sac de pellet, soit une flambée par jour pendant une semaine : il y a eu une semaine très froide, et deux paramètres ont joué : les enfants, et aussi le fait qu’on a pas voulu laisser la dalle se refroidir plus, pour ne pas avoir à dépenser par la suite davantage d’énergie pour la réchauffer, ça aurait été ballot. Donc en soi, défi non relevé, mais sans avoir à rougir non plus.

Octobre sans chauffage... on fait novembre aussi ou tout le monde a compris?

D’autant plus qu’on est en train d’enchainer sur le mois de novembre sans chauffage, et j'avoue, je ne sais pas si je dois en rire ou en pleurer... Cela me laisse perplexe ! Eh oui, à part le 02/11 où l'on a déclenché une fois le poele le soir, depuis nous n’avons pas déclenché le poele une seule fois. Ni les chauffages d'appoint prévus dans les chambres ou la salle de bain. Nous n'avons pas chauffé DU TOUT. Et sans chauffage, mon fils se met encore torse-nu dès qu'il rentre de l'école.
D'un côté, certes il fait très doux, ce qui est inquiétant d'un point de vue écologique, d'un autre côté c'est fascinant car même s'il fait doux, en réalité peu de personnes autour de moi ne se chauffent pas du tout.
En réalité, nous avons découvert que notre poele anun défaut de réglage, le réglage initial est très bas (il se déclenche à 16 degrés) et il nous est impossible pour le moment de le modifier : on doit donc le mettre en route manuellement quand on souhaite se chauffer, et c’est une très bonne solution pour faire des économies d’énergie, car on ne le fait que vraiment quand on en ressent le besoin, au-delà de la couverture et du pull supplémentaire.
La maison est neuve et RT2012, elle n’est onc pas humide, ce qui fait que le ressenti de chaleur est tout à fait différent que dans notre précédente maison pour la même température : à 18 degrés dans notre précédent logement, on était transis et les murs, moites. Pour ne pas risquer une dégradation (moississures ) des murs et le cortège de maladies respiratoires allant avec, il nous fallait chauffer, et chauffer même plus que ce qu’on aurait fait instinctivement. Pas de souci de ce genre dans notre nouvelle maison, l’air plus sec offre davantage de confort, ce qui réduit en soi notre besoin de chauffage.


OUI MAIS, notre poele aurait été fonctionnel, au vu de nos expériences précédentes, on l’aurait réglé à 19 et laissé faire sa vie, sans se poser plus de question. Alors bien sûr, c’est quoi une petite flambée ? Rien. Il ne se serait "presque jamais" déclenché. Mais rien ou presque jamais multiplié par le nombre de fois où la sonde du poele a affiché une température inférieure à 19°, on monte vite à un sac, ou plus : l’économie est finalement non négligeable.
Non néglieable, ramenée à plusieurs mois de chauffe.
Non négligeable, car c'est la somme des petites économies d'énergie qui font la vraie économie. Quand la somme des petites non-consommations s'étend à l'électricité, à la gestion de l'eau, etc, etc.

Bien sûr, il va falloir qu’on se préoccupe de cette question de réglage bloqué. Mais finalement garder le réglage très bas me semble intéressant : maitriser la chauffe quand on est présents, empêcher la maison de descendre trop bas quand on est pas là, ça me semble une bonne combinaison.

En tout et pour tout, depuis mi-octobre, on a dépensé 4 euros de chauffage.

Certes, la maison est RT2012, mais ce n’est pas le seul facteur. Oui on est dans une optique d’optimiser la question du chauffage, mais ce n’est possible que dans une maison qui le permet : et on a énormément travaillé ça dans le plan de la maison, elle a été conçue pour.

Je vous l’ai dit, peut être, ou pas, mais c’est nous qui avons réalisé les plans de la maison. On a énormément travaillé la question de l’orientation, de l’ensoleillement et de l’inertie de la maison car étant en région non méridionale, c’est la question de l’hiver et de l’humidité qui était prépondérante. On a donc dessiné une maison la plus carrée possible, avec 35m2 d’ouverture sur le Sud, des ouvertures également sur l’ouest, aucune (excepté la fenêtre de la chambre de ma fille, car le versant est situé en limite de propriété, ne pouvait être ouvert) vers le nord. Deux dalles en béton permettent d’augmenter l’inertie de la maison et cela se sent : une seule bonne heure d’ensoleillement direct dans la journée, voilages ouverts, permet d’accumuler une chaleur qui est ensuite restituée tout le reste de la journée et la plupart du temps, le lendemain également. Et une heure d’ensoleillement sur toute la journée, même en normandie, c’est très souvent le cas, même quand le reste de la journée est grisatre. La maison met à profit la moindre éclaircie.
Le poele est en position centrale, et l’étage est placé en mezzanine, ce qui permet que tout le volume soit chauffé. Sans doute pas de manière complètement homogène, mais les différences ne sont pas gênantes et honnêtement, on raisonne différemment depuis qu’on pense sobriété énergétique. La question de ce que l’on appelle le confort thermique (ce qui rime pour la plupart des gens avec une température homogène et stable dans tous les points de la maison et à tout moment) n’est plus le critère numéro un pour nous. Le seul besoin d’appoint viendra peut être, au plus dur de l’hiver, de la chambre de ma fille qui est la plus éloignée du poele et orientée nord.

Octobre sans chauffage... on fait novembre aussi ou tout le monde a compris?

Nous n'avons pas toujours vécu dans une maison conçue pour consommer un minimum de chauffage, très loin de là, et je finirai donc par vous dire comment on limitait les dégâts dans notre précédente habitation :

  • mettre des rideaux épais à toutes les fenêtres et porte-fenêtres
  • fermer les volets ET les rideaux dès que le jour baisse
  • s'assurer que les rideaux soient bien plaqués contre la fenêtre et s'il s'agit d'une fenêtre avec un radiateur juste au dessous, on coinçait les rideaux derrière une planche pour ne pas que la chaleur du radiateur ne se perde entre la fenêtre et le rideau.
  • faire le tour des encadrures des portes, fenêtres et portes fenêtre pour détecter l'air frais et scotcher la fuite. Attention cependant à ne pas scotcher les aérations prévues au dessus des fenêtres qui sont prévues pour et essentielles.
  • trouver le point d'équilibre entre vos capacités à gérer le frais (plaid et pull) et le point où la maison ne gère plus l'humidité : on avait été obligés de relever le chauffage une année car les murs devenaient moites, même s'il ne faisait en termes de température pas si froid que ça.

Ces astuces ne vaudront peut être pas pour votre maison, mais chez nous elles avaient beaucoup contribué à limiter les pertes, et donc, les dépenses en chauffage.

Alors dites-moi, chez vous, chauffage or not chauffage?

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marlyn’or6 18/12/2015 06:34

Merci Linette pour ces informations. Elles m’inspirent pour l’amélioration de l’isolation de ma maison. Cette dernière a été construite en brique de terre cuite. Elle respectait la RT 2012, d’autant plus que j’avais associé les briques climamur utilisées pour les murs à une isolation thermique répartie. Mais depuis le début de cette année, je me suis retrouvée en train de chauffer la maison, depuis le moi d’octobre. Ce qui n’était pas le cas dans les années antérieures. Je pense qu’il y’aurait un disfonctionnement.
Pourriez-vous me dire ce qui pourrait en être la cause ? Car les installations semblent encore en bon état. Je précise que je l’ai construite de mes propres mains.
Vos suggestions me seraient d’une grande aide. Merci déjà.
Marlyn’or6

chauba 29/11/2015 00:59

Salut,
Je te félicite d'abord pour ce petit (grand, très grand) blog. Merci pour tous les menus et précieux conseils. J'essaie de les appliquer mais dur dur. Enfin bref. Je suis en train de faire des travaux d'économie d'énergie et je me renseigne pour un haut d'âge d'appoint car j'ai une pompe à chaleur. Nous hésitons entre les poêles à bois et à granulés. Peux tu me donner ton avis et ton experience. Nous sommes une famille avec 3 enfants et je suis assistante maternelle pour l'instant en congé parental. Donc à la maison. Merci de ton aide et à bientôt. J'habite le 28 limite 27 et 78. Merci à toi.

Linette_sortezdevosconapts 29/11/2015 21:09

bonjour, et merci pour ton comm !

en fait nous avons un poele à granulé car ils sont étanches et que l'étanchéité du poele est une exigence de la RT 2012.
ça n'a pas le charme d'un poele à bois mais c'est bien sympa quand même...
Mais peut être pourras tu trouver un poele à bois étanche?

Après bois contre granule, d'un point de vue écologique je ne sais pas trop.... le bois est une matière brute coupée exprès pour le chauffage, le granulé est le déchet du bois... c'est ce que je dirais.

simplecommechou 13/11/2015 22:15

Merci pour ces conseils simples que j'applique au quotidien (maison en pierres de 1800)

On a pas encore allumé, sauf la SDB, mais on est en Sud Aquitaine