La boite à outil du défi de Février, partie 2 : construire un budget équilibré

Publié le par Linette_sortezdevosconapts

La dernière fois, je vous ai laissé(e)s en tête à tête avec l'analyse de vos recettes et de vos dépenses. Aujourd'hui, c'est le grand saut ! Car aujourd'hui, je vous parle de la manière de construire un budget le plus équilibré possible. Vous avez eu quelques jours pour que la petite graine de la sobriété heureuse ou de la simplicité volontaire migre dans votre petite tête, elle a encore du chemin sans doute pour germer, mais elle vous aidera à accepter l'étape qui suit, car généralement ladite étape ne se passe pas sans concessions. (NON ne partez pas de suite ! )

Pourquoi construire un budget alors qu'on pourrait passer direct à l'étape du tableau de suivi ? Pourquoi ne pas simplement reporter les chiffres que l'on a trouvé à l'étape un dans un tableau excel ou sur un calepin?
Les tableaux de gestion, c'est la demande la plus fréquente. Et je le sais, c'est très tentant, mais l'étape dont je vais vous parler aujourd'hui est indispensable, et d'autant plus pour les tout petits revenus...Pointer un budget sans le construire, c'est rester vulnérable aux imprévus. J'entends dans l'oreillette qu'on me dit qu'on ne peut pas tout prévoir, et donc, il y aura toujours des imprévus : certes. mais en construisant votre budget, vous réduisez vos "imprévus" de 90%. Parce que voyez vous, les imprévus en fait, c'est 9 fois sur 10 du prévisible qu'on avait oublié de prévoir.

Alors, ready?

La boite à outil du défi de Février, partie 2 : construire un budget équilibré

Ecrire les données de l'équation

Prenez une feuille, faites deux colonnes.
A gauche, écrivez les recettes (aides, allocations et pensions incluses).
A droite, écrivez les dépenses.

  • Il y a d'abord les dépenses mensuelles : charges fixes, autres charges, crédits, courses, essence.
  • Pour l'alimentation, partez de l'analyse de vos relevés.
  • Pour l'essence, je vous livre ma technique : calculez le nombre de km que vous parcourez chaque mois (boulot, week end), prenez une marge, multipliez par la consommation de votre véhicule et par le prix de l'essence en ce moment. Personnellement je prends encore une marge, c'est un fusible pour l'éxécution du budget.
  • Ajoutez tout ce qui n'est pas forcément mensuel mais qui néanmoins devra à un moment donné rentrer dans les dépenses du ménage, en procédant de la manière suivante : vous évaluez à l'année, et vous divisez par 12 (ou par le nombre de mois qui reste jusqu'à l'échéance.) Exemple, l'habillement. combien dépensez vous pour vous même? Votre conjoint, vos enfants? Je ne vous demande pas ce que vous pourriez faire pour réduire cette dépense, mais combien vous estimez dépenser, par an. Et puis, vous divisez par 12. Faites pareil pour la cosmétique, pour vos passions (loisirs créatifs? livres? cinéma? cuisine?)
  • Pensez aussi à l'entretien du véhicule (vidanges, révisions, pneus). Demandez à votre cher et tendre combien de fois cela arrive dans l'année, multipliez par le tarif, divisez par 12.
  • Pensez également aux frais auxquels on ne pense pas forcément, comme la santé des animaux.
  • Evaluez également le budget cadeaux.
  • Faites le tour des charges qui ne sont pas mensualisées : taxe ordures ménagères, d'habitation, foncière : divisez leur montant par le nombre de mois qu'il reste jusqu'à échéance.
  • Regardez aussi les ratrappages, eau, électricité, charges locatives (qu'on oublie souvent !) : prenez les montants des années antérieures, faites une moyenne, et divisez par le nombre de mois qu'il reste jusqu'à l'échéance.
  • Vous pouvez aussi, mais ce n'est pas une obligation pour tout de suite, simuler votre impôt sur le revenu pour l'année suivante, et s'il est supérieur à celui de cette année, procédez comme plus haut.
  • Estimez également le prix que vous payez habituellement pour les vacances, divisez par 6.
  • Concernant les loisirs, je mets les restaus, les sorties, les cinés, etc.

Cela vous parait fastidieux? Ca l'est peut être, mais c'est vraiment une étape qui vous simplifiera la vie ensuite, car le secret d'un budget zen, c'est d'anticiper afin de construire un budget lissé. Et SURTOUT quand on ne gagne pas beaucoup, tel est ce que m'a appris mon frère ainé - aka Confucius.

La boite à outil du défi de Février, partie 2 : construire un budget équilibré

Posez votre équation

Mettez alors face à face le total des recettes et le total des dépenses, et voyez ce que cela donne : si les dépenses sont supérieures ou égales aux recettes, votre budget n'est pas équilibré. Bien sûr, pour déterminer si le budget est équilibré, on pourrait se contenter de mettre en face dépenses incompressibles, dépenses vitales, et revenus, et se dire que l'on se débrouille avec ce que l'on appelle "le reste-à vivre". Mais on sait tous que la plupart du temps, c'est précisément le reste qui déséquilibre le tout, c'est notre manière de consommer qui pêche. C'est également tout ce qu'on oublie de prévoir, tout ce qu'on repousse, tout ce pour quoi on se dit "c'est dans X mois....". Oui, mais X mois plus tard, votre salaire n'a pas doublé, et il faut faire face.
Donc, plus vous aurez évalué avec précision les différents postes, plus vous aurez un reflet net de votre balance budgétaire. La récompense, c'est que moins vous vous voilerez la face, et plus vous apercevrez les leviers pour modifier la situation.

Comprendre d'où vient le déséquilibre

Un budget déséquilibré peut provenir de différents facteurs :

  • Les charges ne sont peut être pas optimisées, c'est alors l'occasion de faire le tour des assureurs, des fournisseurs d'énergie, des opérateurs de téléphonie
  • Vos aides ne sont peut être pas adéquates : c'est alors le moment de faire le point sur ce que vous avez droit avec une assistante sociale.
  • Les courses sont peut être à revoir, certaines méthodes étant efficaces pour réduire le budget (et là, j'entends bien le réduire de manière réelle, et non virtuelle comme cela se passe avec les promotions)
  • Et puis, il y a tout le reste de la consommation, tout ce qui best pas vital mais qui, culturellement, pèse énormément dans notre perception du bonheur.

Sincèrement, quand mon mari m'a annoncé, il y a presque trois ans, l'objectif d'épargne de 400 euros par mois, j'ai pleuré. Pour de vrai ! Je me suis sentie frustrée, limitée dans ma liberté de consommer, que je considérais comme mon droit le plus inaliénable en tant qu'être humain sur Terre... Dépenser l'argent gagné en travaillant. So légitime, isn't it?
Et pour consommer, je consommais. J'avais une sorte de radar qui m'empêchait de nous mettre à découvert, mais je dépensais jusqu'au dernier radis. Pour moi, des fringues, des vernis à ongle, du maquillage, des crèmes hors de prix, pour les enfants également, et dans l'alimentaire, les restos, la junk food, le ciné. Bon, mon mari n'était pas en reste avec sa collection de montres en tout genre, sa passion pour le multimédia et l'outillage. De mon côté, passion pour les loisirs créatifs et la cuisine.... Je consommais, mais j'avais vraiment l'impression de me priver, d'être perpétuellement frustrée, de ne pas pouvoir acheter ce que je voulais quand je le voulais. Alors, devoir décrocher, rien que de l'imaginer je me mettais à trembler comme une junkie en manque.
Et pourtant. On l'a fait. On l'a fait et on a trouvé ça plus simple que prévu... au bout de 3 mois on économisait un tiers de nos salaires, soit bien au delà de l'objectif des 400 € sans avoir l'impression de se priver.

La boite à outil du défi de Février, partie 2 : construire un budget équilibré

Mettre en place des actions correctives

Etant donné que je suis passée par là, voici quelques trucs et astuces qui ont fonctionné chez nous :

  • Se mettre un argent de poche. Vous pouvez appeler ça "budget personnel adulte" si le terme d'argent de poche vous hérisse, mais chez moi, ça a fonctionné du tonnerre. Le principe est le suivant : nous nous sommes alloués une somme, mon mari et moi, que nous pouvons dépenser absolument comme bon nous semble. Au delà, nous considérons que ça empiète sur la bonne gestion de notre argent et donc, sur le bon déroulement des projets que nous avons, donc... on en parle. Et on se raisonne mutuellement. Un argent de poche, permet de réapprendre à hiérarchiser ce dont on a envie, à prioriser les achats. A économiser pour acheter quelque chose : parce que oui, pas question de négocier une avance : avec cet argent, on ne peut acheter que si l'on dispose de la totalité de la somme.
  • Limiter voire bannir même dans un premier temps, les achats internet : trop faciles, trop rapides, c'est l'archétype de l'achat immédiat, impulsif et irraisonné, de l'achat antidépresseur, de l'achat boulimique. Exit la VPC donc, au moins les premiers temps !
  • Instaurer un délai de réflexion. Comme l'envie de cigarette, l'envie d'acheter, quel que soit l'objet, finit par disparaitre. Promis. Peut être pas en 4 minutes, mais je dirais, en 48 heures.
  • Se renseigner sur l'achat d'occasion de manière systématique, y compris pour les fringues enfant et adulte, et revoir ses préjugés à ce sujet. Soit dit en passant, l'achat d'occasion est l'achat éthique par excellence !
  • Sachez que les cosmétiques, produits d'hygiène et d'entretien se font très simplement à la maison, lancez vous dans l'aventure ! (après avoir écoulé votre stock d'un an de lessive et de 5 mois de gel douche) Mais sans passer par la vente par correspondance et le piège aromazone : je vous parle d'alléger votre budget pour de vrai, pas de trouver une nouvelle façon de dépenser des fortunes en une multitude de produits et matériels inutiles !
  • Pensez au réutilisable au lieu du jetable : une cup au lieu de protections jetables, un auriculi au lieu de cotons tiges, cotons lavables au lieu de cotons jetables, torchons et lingettes au lieu de sopalin, c'est déjà près de 400 euros d'économies par an, soit une bonne partie d'un budget vacances (la totalité du nôtre, essence et péages compris).
  • Si en plus vous arrêtez d'acheter des lingettes jetables pour les mains, pour le cul de bébé, pour la bouche et les mains de bébé, pour quand on est de sortie, si vous arrêtez d'acheter du film plastique et alu (si si, ça se remplace super facilement...par des choses qui ne s'achètent pas !), des produits spéciaux pour les jeunes enfants purement marketting (lait de croissance, yaourt spéciaux, petits pots, crèmes en tout genre bourrées de perturbateurs endocriniens, eau lavante, crèmes spéciales etc) : vous arrivez très vite à 800 euros supplémentaires écnomisés à l'année. Et je n'ai pas recensé tout, loin s'en faut... Pensez que tous ces produits (hormis l'alimentaire pour les enfants puisqu'ils faut bien qu'ils mangent) peuvent être purement et simplement supprimés. C'est donc une économie nette dont je vous parle.

Je ne vous listerai pas la totalité des choses à penser, je ne les ai pas en tête, et la liste est infinie.
Mais tout mis bout à bout, entre l'optimisation des charges (qui finalement n'est pas le plus gros potentiel d'économies, même s'il ne faut pas le délaisser) et la refonte de notre manière de consommer, on est passés de zéro épargne à 1000 euros par mois, en 3 mois, soit près du tiers de nos salaires de l'époque.

  • Ce qui m'amène à ma dernière astuce : concentrez vous sur un projet qui vous motive. Cela peut être un projet en cours, ou un projet plus lointain, inutile d'en monter un ex nihilo pour l'occasion, là encore, le but n'est pas de se trouver une bonne raison de consommer : on a tous des projets. Il s'agit là de vous donner les moyens de les réussir, par vous même. Un projet, cela motive énormément pour avancer et pour décrocher. Visualisez le, j'avais même fait sous excel des petits diagrammes d'objectifs partiels, qui se remplissaient au fur et à mesure des économies. Pour moi c'était le financement du mariage et des finitions de la maison.


Voilà voilà.
Vous l'aurez compris, maintenant que vous avez une vue globale et lucide de vos entrées et sorties, c'est le moment d'équilibrer le budget. Idéalement, les recettes, aides incluses, doivent être au moins égales aux dépenses, charges lissées et imprévisible incluses. Légèrement supérieures, c'est mieux, ça permet de faire un tampon pour un renouvellement électroménager intempestif, des frais supplémentaires sur la voiture (panne etc). Je vous ai proposé de travailler par mois parce que c'est plus concret pour un ménage, mais pour une entreprise, on fait cet exercice à l'année.

Alors, comment équilibrer son budget ? En explorant toutes les pistes, de l'optimisation des charges en passant par le changement de consommation. Mais dites vous une chose : pour la grande majorité d'entre vous, l'optimisation des charges ne sera pas la plus grande source d'économies, votre salut viendra de la manière dont vous changerez de regard sur votre manière de consommer. La règle d'or pour un budget zen, c'est, autant que cela est possible, de ne pas dépenser plus que ce que l'on gagne. Et attention, le découvert autorisé n'est pas de l'argent qui vous appartient : c'est de l'argent que la banque vous prête, que vous devrez rembourser... avec intérêts.
Et puisque j'aborde la question du découert : une fois votre budget équilibré, vous aurez un budget théorique, qui vous dit que, partant de zéro, si vous le respectez, vous ne serez pas à découvert.
Mais si vous ne partez pas de zéro, si vous trainez un découvert qui se creuse de mois en mois, il ne sera pas possible de finir dans le positif dès le premier mois : ne vous découragez pas ! L'objectif sera alors pour vous de stabiliser le découvert, puis de le remonter mois après mois. Et bien sûr, le groupe sera là pour vous aider et vous motiver (dans la joie, le pipi de licorne blablabla)

Haut les coeurs !... ça n'a jamais l'air très fun, au premier abord, de se poser des limites. Mais en réalité, de nombreux témoignages y compris le mien, montrent qu'on se sent beaucoup plus libres une fois qu'on s'est dégagés de l'aliénation de devoir dépenser pour exister. Promis. Consommer moins et intelligeamment permet de se faire vraiment plaisir, à des moments stratégiques, avec des objets de qualité, au lieu de dépenser tout le temps pour des merdouilles et en tirer si peu de satisfaction que la seule issue est d'en vouloir toujours plus.

Alors, je vous laisse le temps de réaliser ce second exercice
et je vous retrouve très vite pour le dernier volet, le suivi du budget.

Vous avez envie de participer à un super chouette projet citoyen?
Vous avez envie de semer de petites graines à votre niveau?
Je vous invite à regarder par ici....


 

Publié dans éconologie, consommation

Commenter cet article

maviezerodechet 17/03/2017 14:59

Un grand merci pour cet article, étant une pro du budget j'étais persuadé d'être dans les clous mais là en faisant mon budget wahou on s'est enflammé, on vit au dessus de nos moyens, étrange est-ce depuis que je suis passé au Zéro Déchet, il faut vraiment qu'on arrête de consommer comme avant (prévoir des courses comme si il y allait avoir une guerre, se réstreindre pendant des mois pour craquer ensuite, ...) Affaire à suivre donc mais un grand merci pour cette prise de conscience ;-) Super blog

Linette_sortezdevosconapts 17/03/2017 15:25

merci à toi <3

Benjamin 11/09/2016 21:22

Bonjour,
Après avoir suivi les étapes, j'ai tout de même une question. Pour quelle raison le budget vacances doit-il être divisé par 6, et non par 12 comme pour toutes les autres catégories ?
Merci d'avance :)

Linette_sortezdevosconapts 11/09/2016 21:46

Parce que en janvier ou février quand j'ai écrit l'article il ne restait plus que 6 mois avant les vacances.:p mais une fois la première année passée oui on le dovise par 12.

aurelie 21/03/2016 18:56

bonjour Herveline, je me suis permise de vous envoyer un message privé sur faceboook.
merci par avance

flo77150 22/02/2016 14:58

article très intéressant ^^

Nina 03/02/2016 19:22

Merci ! Pouvoir visualiser les dépenses sur une année entière, ça change pas mal la perspective ! Et c'est vraiment ce qui me manquait. Merci !