Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

local OU bio-de-l'étranger : et si on tordait le cou à ce faux débat?

Je sais pas vous mais moi, ces derniers temps, j'ai vu pas mal tourner cette image :

Illustration Bénédicte Moret (Zéro déchet Family !)

Illustration Bénédicte Moret (Zéro déchet Family !)

Elle a fait rire tout le monde, cette image....Et également, elle a fait parler. "C'est bien vrai ! " "Ya de quoi s'y perdre...."

Bin pourtant non, ya pas matière à se perdre.

Oui, je sais, cette image représente le flou dans la tête du consommateur qui cherche à faire au mieux, au mieux pour lui-même et au mieux pour la planète. Mais en réalité, les choses ne sont pas floues, elles sont même très claires. Si, si. Et d’ailleurs, cette image n’est pas une image isolée, elle fait partie d’un document très intéressant et très éclairant sur la question du local et du bio, document par ailleurs illustré par Bénédicte, de la ZD Family.

Ce flou est entretenu à dessein par des judicieuses campagnes de communication de la part des géants de l’industrie agro-alimentaire.... Car tant que c'est flou, tant qu'il y a un doute, le consommateur reste sur du conventionnel. Pourquoi irait-il en effet financer un truc plus cher dont en plus il n'est même pas sûr que c'est vraiment meilleur? C'est tout à fait logique. Les industriels de l'agro-alim l'ont bien compris, et usent TRES largement de ce levier en leur faveur.

Du côté du consommateur, pourquoi préfère-t-il du local conventionnel?

Il se trouve que je passe énormément de temps à militer sur la question, à discuter avec des gens, des gens virtuels, des gens réels, et du coup, je vais vous présenter quatre catégories d’arguments qui reviennent souvent et qui sont souvent mixés.

1/ Parce que c'est local. Précisément, c'est local ET moins cher.

Oui, mais les pesticides ne sont pas moins dangereux quand l'agriculteur habite près. Manger conventionnel, local ou pas, c'est manger des aliments nocifs et sans nutriments. Parce que même en local, la monoculture et la stérilisation des sols appauvrissent le substrat.... la terre n’a plus rien à apporter aux légumes…et les légumes n'ont plus rien à apporter à l’être vivant qui les mange. Alors oui, c'est local. Mais comme 90% des terres agricoles appartiennent à l'agriculture conventionnelle..... Il y a forcément énormément de local conventionnel près de chez vous. Est-il moins nocif pour la santé parce qu'il est issu du champ d’à côté ? Absolument pas. 

2/ Parce que pour la planète, il vaudrait mieux du local-non-bio que du bio-de-l'étranger. Et le bio de l'étranger, on ne sait pas comment il est fabriqué... peut être même serait-il PIRE que le conventionnel français ? Déjà que pour beaucoup de consommateurs, le bio français n'incite pas à une confiance absolue...

Alors oui mais non, le bio de l'étranger n'est DU TOUT pas la seule alternative au local non bio. Et surtout, le fait qu'une certaine partie du bio vienne de l'étranger ne doit pas laisser penser que le local-non-bio est meilleur. D'abord, parce-que maintenant, du bio et local, c'est accessible presque partout, à condition d'accepter de manger de saison. Alors je sais que pour beaucoup, au-delà de 30 kilomètres, c'est plus local alors que plein de producteurs conventionnels le sont. Ils n’ont pas énormément de mérite à être locaux, ces producteurs conventionnels, car ils retiennent en otage occupent 95% du territoire (et polluent indirectement, via l'air, via les nappes phréatiques, via la pluie, les 5% restants qui tentent d'être le plus clean possible). Alors je vous dirais, A BaS Le PeRFeCTioNNisMe !! Le transport d'un produit bio, même pas local "juste" français, ne pèse rien en termes d'empreinte écologique par rapport au désastre sanitaire lié à l'utilisation des pesticides et engrais de l'agriculture conventionnel, fût-elle locale. Et même au-delà de la problématique environnementale immédiate, pensez aux dispositifs coûteux en énergie pour restaurer une qualité potable à l’eau, et aux dépenses publiques liées aux maladies engendrées par l’ingestion et l’exposition quotidienne et répétées aux substances toxiques de nos organismes.

3/ Parce que on sait jamais, si ça se trouve ce qu'on achète, c'est du "raisonné"?
Alors soyons honnêtes avec nous-mêmes. TOUS les agriculteurs conventionnels ont intérêt à dire qu'ils sont raisonnables. Raisonnables.... dans l'utilisation de pesticides dangereux pour la santé des hommes et de l'écosystème. Mais raisonnable, c'est une notion très subjective...... Et très très peu le sont vraiment. Sinon, comment la France pourrait-elle être le premier, sur 28 pays européens, consommateur de pesticides ? C’est pourtant la réalité, le sommet du podium est pour nous (la 2e place, selon certaines études, mais on se bat vraiment de très près avec l’Italie). Notre pays l’était déjà en 2006, et depuis, le tonnage a même encore augmenté ! Et vous savez quoi ? Nous sommes même sur le podium mondial, au 3e rang, derrière les Etats-Unis et l’Inde. Et devant les 192 autres pays de la planète. Je vous laisse découvrir les chiffres ici et .
Je ne dis pas qu’il n’existe aucun producteur réellement raisonné. Mais qu’ils sont énormément peu. Or, tout le monde dit, pense ou espère acheter du raisonné…. Et ceci alors même que tout le monde ou presque fait ses courses en grande surface. Le décalage entre le discours des consommateurs et la réalité des chiffres du tonnage de la consommation de pesticides, me fait penser à la question des œufs, ou de la viande : tout le monde dit manger des œufs de poule heureuse, ou de la viande de bêtes élevées dans des conditions « dignes ». Comment est-ce possible alors que 97% des œufs vendus en France soient issus de poules qui ne voient JAMAIS la lumière du jour ?

Je suis désolée, mais être à la fois les champions de la consommation de pesticides ET les champions de l’agriculture raisonnée, c’est strictement impossible et illusoire.
L’agriculture raisonnée, c’est comme l’œuf de poule heureuse, c'est l’arbre qui cache la forêt, arbre providentiel pour le lobby agroalimentaire car il lui offre l’occasion en or de pratiquer ce que j’appelle l’éthique-washing.
En voici le mécanisme : bien que l’agriculture effectivement raisonnée soit largement embryonnaire, les entreprises agroalimentaires se saisissent de l’espoir ainsi suscité auprès des consommateurs pour que la confiance rejaillisse sur l’ensemble de la production agricole, pourtant à 90% ultra-consommatrice de produits nocifs. Tout ça, au moyen de campagnes de communication savamment orchestrées. Le but est tout à fait atteint, puisque "dans le doute", le consommateur achète du conventionnel moins cher, puisque finalement, le raisonné étant dans l'air du temps, "si ça se trouve, c'est du raisonné"... Mais en réalité, à moins de connaitre le producteur personnellement, on ne le sait pas. Et ce doute n’a « que » 5% de chance de pencher du bon côté, soit 95% de risque d’être aspiré par le mauvais. Et c'est ainsi que 9 consommateurs sur 10  achètent à l'aveugle en espérant que ça soit un peu moins nocif. En l'espérant.... Sacré pari que celui qui amène à mettre en jeu sa propre santé avec une espérance de gain de seulement 5% !

local OU bio-de-l'étranger : et si on tordait le cou à ce faux débat?

4/ Parce que certains consommateurs ne « croient pas » au bio ou « ne font pas confiance » au bio.
Alors je précise de suite, mes  propos ne sont pas une critique, et pour cause…. J’ai fait partie de cette 4e catégorie pendant la majorité de ma vie d’adulte.

Cette 4e catégorie concerne

  • les personnes qui pensent que les producteurs bio utilisent en douce plein de pesticides interdits par la charte parce que la tante de la cousine de la sœur du voisin a vu un camion de livraison suspect entrer dans une exploitation bio;
  • les personnes qui soutiennent que les produits acceptés dans le bio sont PIRES pour l’environnement et la santé que dans le conventionnel;
  • et les personnes qui pensent que finalement, entre la pollution de l’air, de la pluie, des sols, de la nappe phréatique, nul ne peut garantir un produit 100% bio et donc partant de là, le bio est une supercherie

Deux choses importantes : certes l’environnement est pollué. Comment pourrait-il en être autrement dans le pays 3e plus gros consommateur mondial de pesticides ? Mais est-ce une raison pour, du coup, financer par nos achats l’agriculture qui pollue tous les sols, l’air, et qui donc, interdit le droit fondamental des êtres vivant de notre planète à pouvoir faire le choix de respirer un air sain, de boire une eau saine, de manger des légumes parfaitement exempts de produits de synthèse, cancérogènes et destructeurs ? Oui 100% bio n’est plus possible, et c’est bien dommage, mais en continuant d’alimenter la demande en légumes conventionnels, on aggrave encore le processus… Pourquoi ne pas se poser la question suivante : « Pourquoi utilise-t-on en France autant de pesticides ? » et « Quel rôle la demande et l’exigence du consommateur dans cette problématique ? »

Et la seconde chose qui ressort de cette 4e catégorie d’arguments, c’est toujours le doute, ce même doute qu’évoqué en début d’article, et qui conduit à ne pas souhaiter dépenser plus pour quelque chose qui, potentiellement, peut ne pas être mieux.

Certes. Mais à côté de tout ça, certaines choses sont avérées. Les pesticides utilisés dans l’agriculture conventionnelle et raisonnée sont notoirement dangereux, pour la flore, pour la faune, pour la santé humaine et animale, et ce quelle que soit la quantité utilisée. C'est sans appel. Il y a un effet de seuil et d'accumulation car tout ou presque ce que nous achetons en conventionnel contient ces résidus : une étude, diligentée par l'association "générations futures" avait retrouvé 200 fois plus de traces de pesticides dans un caddie non bio de supermarché traditionnel que dans le même caddie, mais bio, et 37 traces de pesticides différents dans un repas non bio "ordinaire" ! Rappelons quand même que ces substances ne sont absolument pas comestibles et s’accompagnent de logos sans équivoque.

local OU bio-de-l'étranger : et si on tordait le cou à ce faux débat?

Chaque fois qu'on achète du conventionnel, même local et même raisonné, on engraisse les grosses firmes agro-alimentaires, productrices de ces engrais et pesticides, et on finance la mise à mort de notre écosystème, la prolifération des lobbys visant à interdire les semences non brevetées et anciennes, la totale dépendance alimentaire des pays à cette industrie. On favorise, d'un point de vue géopolitique, la propension des pays riches à influer sur les pays les plus pauvres par le biais du contrôle des apports alimentaires et on donne des armes aux dictateurs pour oppresser leurs propres populations. On laisse la possibilité à quelques-uns d'affamer ou de couper les vivres à tous les autres. On oblige l'alimentation, qui devrait rester possiblement gratuite, comme l'air qu'on respire, en tant que primordiale à notre survie, à passer intégralement dans un système financier et donc, discriminatoire.

L'autonomie alimentaire, un droit fondamental pour tout être vivant?

L'autonomie alimentaire, un droit fondamental pour tout être vivant?

Donc le doute et le flou dont je parlais au début de l'article ont en réalité bien plus de conséquences qu’on imagine de prime abord. Et une fois encore, ce sont les plus pauvres, ceux qui d'emblée ne s'imaginent pas avoir accès à une nourriture plus éthique, qui financent massivement le système qui les y contraint. Avec la double-peine qui va avec, l'augmentation des problèmes de santé ET la mauvaise couverture sociale.

Alors voilà.

Moi, je soutiens, que tout ça, local-bio-ou-bio-pas-local, c'est un faux débat. Une pomme produite localement en non bio, elle l'est aussi en bio. Peu importe qu’on trouve AUSSI des pommes bio du chili : il suffit juste de ne pas acheter la pomme bio du chili mais d’acheter la pomme bio locale. Et à l'inverse, une banane bio qui viendra de l'étranger, n'aura pas d'équivalent en non bio ici en métropole. Soit on est prêt à consommer local, c'est à dire, ce qui est produit ici, sous notre latitude (à bas le perfectionnisme, inutile de se dire si c'est à plus de 30 km je prends pas), et dans ce cas, oui, l'alternative bio française et le plus souvent locale existe, soit on consomme des produits qui ne poussent pas chez nous en cette saison, mais alors, le bio-de-l'étranger ne saura être mis dans la même balance que le local non bio. Bio ou non bio, si ça pousse pas chez nous, ça pousse pas chez nous, et en matière de fruits et légumes, rien ne nous oblige à acheter du bio de l'étranger (emballé ou non) si ce n'est notre bensoin/envie de consommer un aliment qui ne pousse pas chez nous ou pas à cette saison...ce qui fait que local-non-bio et bio-de-l'etranger ne sont du coup pas comparables. Bien sûr, je me focalise principalement dans cet article sur la question de la culture des légumes et fruits frais, mais je me suis posé en parallèle la question pour les produits secs/transformés, je vous raconterai ça plus en détail dans l'article-contribution au défi d'avril de Natasha, "découvrir les aliments locaux". ***coming soon soon soon !!***

Donc en réalité, les choses sont simples.

Dans notre consommation, soit on accepte de manger plus simplement et de saison (et alors le problème se simplifie considérablement en "conventionnel ou bio"), soit on en est pas encore là. Mais quel que soit l'endroit où l'on en est de notre cheminement, il est urgent d'arrêter d'entretenir des faux débats qui font la joie et la fortune de firmes et lobbys agro-alimentaires.

local OU bio-de-l'étranger : et si on tordait le cou à ce faux débat?

Non, il n'y a pas de flou entre local OU bio.

En revanche, il existe un vrai débat  sur la question suivante "est-on prêts à revenir sur des habitudes de consommation modernes amenant à ne pas consommer local  ?" Autrement dit, est-on prêts à renoncer aux bananes, aux oranges, aux avocats, aux tomates en hiver? (ha ha, on me dit dans l'oreillette qu'on produit des oranges dans le sud, TROP DOMMAGE POUR MOi qui habite dans le grand nord !)

C'est une vraie question, qui n'amène aucun jugement de ma part, quelle que soit la réponse. Il ne faut pas avoir honte de la manière dont on consomme, juste être lucide: "à un instant T, ma limite, c'est celle-là".

Personnellement, je mangeais encore des agrumes, des avocats et des bananes l'hiver dernier, je n'étais pas prête. Je mangeais encore des fruits et légumes non bio et hors saison il y a encore deux ans.
Déconstruire sa consommation, mettre en place une nouvelle, ça prend du temps, et je n'ai pas du tout échappé à cette règle. Mais par contre, je n'étais pas dupe de ce faux débat, et j'étais bien consciente que ce n'était pas un problème d'offre (local OU bio) mais un problème de demande (MA demande, MON "besoin" de fruits/légumes qui ne sont pas locaux ou pas de saison).

Me sentir responsable de ma consommation et de ses conséquences, mais refuser le boulet de la culpabilité, m'a permis de cheminer, d'aller de l'avant. Je suis passée probablement par les mêmes les étapes que vous...En particulier, la barrière du prix. Comme vous le savez (ou pas), je suis très engagée sur la question et si vous avez besoin de solutions concrètes pour modifier et maitriser votre budget alimentaire pour avoir accès à une nourriture plus saine même pour un budget restreint, j'ai écrit toute une série d'articles, et en particulier celui-là. Vous pouvez également vous rendre ici et être accompagné(e ) dans ce changement au quotidien. Si vous me suivez, vous savez que je ne plaisante pas, puisque mon budget alimentation est de 300 euros pour 4 par mois, en 100% bio, et que pour ce prix là, on mange très équilibré et tout à fait à notre faim…

... Mais effectivement, de saison, et très majoritairement local.

Alors, êtes-vous prêts à affronter vos habitudes de consommation,
et en particulier la question de la diversité des fruits et légumes
accessibles de manière immédiate et quotidienne ?

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Emma 28/05/2017 18:17

Bonjour, suivant les liens Planetoscope que vous avez donnés, puis les liens de leur source: le plan ecophyto II , la France est 9e consommateur de pesticides en Europe, vous en faites le premier... J'ai tendance à penser que vous essayer de mettre les chiffres de votre coté et mais les licornes ne sont pas des moutons... Les agriculteurs français sont bien plus raisonnés que vous ne l'avancer. Je vous invite d'ailleurs à lire l'ensemble du plan Ecophyto qui montre bien le souci de l'ensemble de la profession qui cherche à produire mieux. http://agriculture.gouv.fr/sites/minagri/files/151022_ecophyto.pdf

Linette_sortezdevosconapts 29/05/2017 08:42

ha et PS : heureusement que les licornes ne sont pas des moutons... c'est exactement notre objectif :D

Linette_sortezdevosconapts 29/05/2017 08:41

Bonjour Emma.
Que veut dire ce : "J'ai tendance à penser que vous essayer de mettre les chiffres de votre coté et mais les licornes ne sont pas des moutons" ...?

Serais tu en train d'insinuer que j'avance des chiffres volontairement faux, et qu'en plus je mets les liens pour faire vrai en espérant que les personnes ne vont pas cliquer pour découvrir la supercherie? :)

Je copie-colle donc la phrase du lien Planétoscope que j'ai mis et qui a servi de base à la formulation de ma phrase : "Les Etats-Unis sont le premier consommateur mondiale de pesticides, suvient l’Inde, la France, 1er consommateur en Europe, puis l''Allemagne. Malgré les recommandations du Grenelle de l’environnement, la France est toujours championne de l’utilisation des produits phytosanitaires en Europe."
Maintenant, il ne faut pas oublier :
- que les chiffres évoluent d'année en année, et c'est tant mieux
- et que lorsque l'on rédige un article, on prend les chiffres à notre disposition à un instant T.

Le second lien place la France au 2e rang européen après l'Espagne, et ce fameux 9e rang est la question de la quantité de pesticide vendu rapporté à l'hectare. Nous sommes 9e dans ce domaine et pourtant, toujours seconds en termes de quantité totale vendue sur le territoire.

Elsa 16/04/2017 20:13

Manger local et de saison directement au maraicher, c est aussi manger des fruits et légumes cueillis à maturité!! Donc moins de produits pour les faire murir, les conserver!!! Je trouve que c'est quand même mieux que les poivrons hollandais!!!

Sophie 20/03/2017 19:05

Très intéressant cet article, ça fait réfléchir. A la maison, c'est 100% bio car nous pensons que la santé est le plus important. Ensuite, deuxième critère de choix, c'est l'emballage (le bio dans du plastique, désolée mais je bloque !) puis c'est l'origine : nous consommons uniquement des fruits et légumes français sauf avocat et banane, nos deux seules exceptions. De temps en temps une clémentine d'espagne se perd dans notre panier mais on essaie au maximum de prendre des produits qui viennent de France. Alors oui c'est plus cher, mais faut savoir ce qu'on veut aussi ! Ca ne pose aucun problème de dépenser plus pour manger de bons aliments, il me suffit d'équilibrer mon budget.

David 05/09/2016 15:58

Perso, je connaissais des agriculteurs qui étaient en raisonné (je sais pas maintenant, j'ai déménagé).
Pourquoi ils faisaient du raisonné ?
Car ils étaient trop petit pour dépenser de l'argent à tout va.
Donc en faisant attention, ils économisaient les pesticides.

Par contre, celui que je connaissais le mieux était a tendance grande culture, donc vendait à la coopérative. Donc ses produits étaient mélangé à l'ensemble des récoltes de la coopérative.
A côté, il gérait certains outils en communs, car pas rentable de l'acheter seul (genre le récolteur à pdt).
Et en prime, il avait un 2nd boulot, surtout pour l'hiver, saison calme pour l'agriculture dans mon secteur.

Donc pas franchement l'idée qu'on se fait des céréaliers. (pour être honnête, dans mon secteur, moins de 100 hectares, les mecs parlent de jardinage, ...)

Produits agricoles madagascar 19/08/2016 12:10

Bonjour,

C'est exact, on peut trouver des produits bio locale ou des produits qui ne sont pas bio mais locaux ou l'inverse. Aujourd'hui, il est difficile de distinguer ces genres de produits avec la biotechnologie.

http://dago-agrosourcing.bio

A plus !

kat de Cheapbutchic 21/05/2016 21:16

ici on essaye de consommer local et bio, on vit à la campagne depuis quelques mois c'est plus facile ... enfin on essaye ! legumes et fruits achetés au producteur bio au marché + dans une gaec en vente directe qui fait du raisonné (ouais) et de la lutte biologique intégrée pour ce qui est sous serre (se servir des insectes prédateurs comme les coccinelles). pour la viande et les oeufs pareil directement au producteur et bio (enfin les oeufs sans label mais c'est une ferme inspirée perma avec poules qui gambadent partout). Bon ok on fait encore des concessions , sur les bananes et les mangues (la faute aux 2 nains qui boudent un peu les pommes en hiver a force) . A améliorer mais sur le chemin .

Stern 14/04/2016 06:41

Merci pour tous tes conseils!
Une petite erreur de frappe : "n'est DU TOUT pas" > "n'est pas DU TOUT"

Petite plume verte 13/04/2016 22:19

Il manque l'argument des gens qui n'en ont en faite rien à faire du tout du bio, de l'environnement, de leur santé et de tout le reste. Ces gens qui pensent que le bio c'est une mode et que ça n'apporte rien. Et il y en a pleins ! Beaucoup dans mon entourage malheureusement :/

Sinon super article (un poil long peut être mais hyper intéressant) !! Ça confirme mon choix de choisir en premier du bio, même si pas toujours local (j'essaie au max mais comme tu dis, personne n'est parfait). Je consomme des fruits et légumes de saison pour ce qui est des productions françaises. Après je consomme encore des bananes, des avocats (my god c'est mon péché mignon) et des kiwis par exemple...

Léa 13/04/2016 14:37

Il y a quelques erreurs dans l'article il me semble, notamment cette phrase : "est-on prêts à revenir sur des habitudes de consommation modernes amenant à ne pas consommer local ?", ce serait pas plutôt "est-on prêts à revenir sur des habitudes de consommation modernes amenant à consommer local ?" ?
Et je n'ai pas compris le coup des "oranges en hivers". L'orange (et autre agrumes (ananas, citron, clémentines...)) sont justement des fruits d'hivers! (automne-hivers). C'est 'manger une orange en été' qui est une aberration!
Sinon très bon article!! :D (et j'adore le blog en général ^^)

Linette_sortezdevosconapts 13/04/2016 14:51

bonjour léa ! non non, les habitudes de consommation nous amènent bien à ne PAS consommer local, c'est bien le problème... est-on prêts à revenir sur ces habitudes?

Quant aux oranges en hiver.... bin c'est sans doute un fruit d'hiver, mais... qui ne pousse pas chez nous ! or, avec le transport etc, importer un fruit qui n'est pas de saison parce que ce n'est pas la saison chez nous, c'est la même chose que d'importer un fruit de saison, mais qui ne pousse pas chez nous.... en normandie, les oranges ne poussent pas ! par contre il y a plein de pommes et de poires ;)

de saison certes.... mais aussi ce qui pousse dans notre environnement !

Anne 06/04/2016 22:32

En replay, un docu tres interessant sur la 5. Ca explique bien l'intérêt nutritionnel du bio... Édifiant. (Diffusé le 3/04 je crois) je suis en train de le regarder.
Sinon, faut être clair, de source sûre: l'agriculture raisonnée en France = agriculteur qui respecte les normes française. Il ne fait juste pas n'importe quoi. Ça ne veut pas du tout dire qu'il met moins d'intrants. C'est d'ailleurs ce qui explique en partie qu'il n'y ait pas de label "agriculture raisonnée" (ma sœur est agricultrice, et j'ai travaillé des années dans le milieu syndicaliste agricole)

Kellya 06/04/2016 21:08

Merci merci merci! Tu mets des mots sur ce que je pense de facon incroyable. Tout y est: le faux débats, le problème de nos envies (nos soi-disant besoins...) et l'évolution de chacun à son rythme. Trop merveilleux!
Par contre, je ne m'arrète pas aux labels lorsque je suis au marché. Le petit marchant local qui vend juste des pommes 2 mois par an, je les lui achète avec plaisir, meme si il n'a aucune certification.
Quand À mon idée du local, je fonctionne par niveaux: le plus possible produit dans ma région, et sinon en europe. Je trove que l'Europe est une bonne échelle pour ne pas me sentir privée (j'ai quand mm des fruits et légumes méditerranéens tout l'été, et un peu de variété en hiver).

Catherine 06/04/2016 19:04

Merci pour ce super article. Depuis quelques temps, j'ai franchi le cap et la quasi-totalité de nos aliments sont bios et locaux quand c'est possible. J'ai encore quelques difficultés avec certains fruits surtout pour faire mes confitures. Je préfère encourager l'agriculture bio car elle ne pollue pas la terre, l'eau et l'air contrairement à l'agriculture conventionnelle.

Sylvain 06/04/2016 14:21

Bonjour,
Merci pour cet article, je voudrais ajouter un argument qui va à l'encontre du "BIO" de la manière où il est exploité actuellement. En effet, travaillant dans l'industrie et baignant dans les normes de qualité à outrance, je crois qu'il y a un écueil majeur à vouloir tout normer et principalement ce qu'on mange. C'est une norme qui surfe sur la peur de l'intoxication. Je dirais que le Bio est une étiquette supplémentaire qui nourrit de la même façon que le reste un système capitaliste qui consiste avant tout à monétiser tout ce que nous consommons. Nous faisons dans une démarche d'achat bio finalement cette même démarche du moins pire tout en passant par la case marchandisation. J'encourage donc fortement les jardins partagés, les AMAP (même si ils n'ont pas de labels bio, on peut avoir une idée précise de la manière dont ils travaillent), et surtout l'auto production. Ce n'est pas si difficile avec toutes les techniques disponibles sur le web de produire ses légumes ou tout du moins une partie.

marjorie 06/04/2016 12:35

Je ne suis pas d'Accord avec toi sur ce sujet. Ne me méprend pas, je suis pour le bio et le local ;) mais s'il faut choisir entre les deux je préfère le bio non local. Je m'explique : à première vue j'opterai plus pour le local, mais mon objectif à LONG TERME est de faire changer les mentalités pour qu'il y ait plus de bio partout, et si je favorise du local qui n'est pas bio je pense juste à mon porte monnaie et à l'économie locale, mais je ne favorise pas un développement durable dans tous les apsects du développement durable. Je me dit que si je favorise le bio peut être que les mentalités changerons et À LONG TERME les producteurs locaux feront du bio.
Je sais pas si c'est super cler, mais mon idée c'est de vriament penser à l'influence à long terme pour qu'il y ait plus de bio plus tard ;)
Marjorie

Linette_sortezdevosconapts 06/04/2016 13:19

Bonjour Marjorie !
J'ai du mal m'exprimer, car strictement à aucun moment il n'est question de favoriser le conventionnel local :)

Aurélie - Pomme en Bretagne 06/04/2016 12:16

Merci merci et mille fois merci pour cet article... et pour les autres aussi d'ailleurs...
à chaque fois que je te lis je me dis qu'il n'y a qu'un tout petit pas à faire pour passer du côté lumineux de la force...
Je vais réussir à le franchir ce pas un jour... (enfin, totalement je veux dire ^^)

Laure 06/04/2016 11:51

Juste une petite remarque par rapport à l'illustration en début de cet article. Le dessin n'est pas de Bénédicte Masson mais de Bénédicte Moret. Merci pour elle!

moret Bénédicte 07/04/2016 11:49

Et merci pour la citation! Ca fait plaisir!

Linette_sortezdevosconapts 06/04/2016 11:54

ouuuuups je corrige hum -et je file me cacher.

Keuta 06/04/2016 11:00

Mouais, je trouve l'article vachement réducteur, car si effectivement 95% de la production française est non-bio, quelle est la part des légumes par rapport aux céréales ?
Moi je milite avant tout pour le local non-industriel, avec une préférence pour le bio évidemment.
Et surtout de saison.
Et il ne faut pas croire que pas bio veut dire blindé de pesticides, y a pas mal de maraicher qui ne veulent pas se faire chier à payer des labels et à avoir des contrôles en plus sur leur exploitation sachant qu'énormément des producteurs en bio ne vendent pas en direct mais en centrale d'achat pour les biocoops et autres GMbios.
Les céréales on achète bio et local parce que c'est le pire en terme de pesticides, pour ce qui est des légumes.
En ce qui concerne les phytosanitaires (car pesticides est trop réducteur), sur 70000 tonnes utilisés en France, plus de 50000 sont des fongicides et des herbicides, qui sont utilisés avant tout pour les céréales. les oléagineux et les vignes, beaucoup moins pour les légumes.
Dans ces 50000 tonnes il y a presque 20000 tonnes de cuivre et souffre, que je n'utilise pas car ils détruisent aussi les sols, mais à un degré bien moindre que les produits de synthèse (enfin tout dépend de la dose, comme toujours).
En fait le problème de ton article à mon avis, c'est que tu ne différencie pas l'agro-industriel du maraichage traditionnel, quand l'exploitant agricole à déjà sa production vendue à une centrale d'achat à condition que ses légumes soient parfaitement calibrés et lisses, sans tache ni rien, il s'oblige à utiliser du phyto en masse pour satisfaire son client, alors que le maraicher qui va vendre en direct n'aura pas du tout le même cahier des charges, il peut se permettre de vendre des légumes un peu biscornu, des pommes avec un peu de tavelure, etc etc ce qui entraine une bien moins forte utilisation de phytos.
Donc achetez des légumes moches locaux, et vous vous empoisonnerez moins émoticône smile
On achète aussi local pour faire vivre notre territoire, et pas uniquement pour des raisons de bilan carbone

Linette_sortezdevosconapts 06/04/2016 11:02

merci Keuta !! ;)

AnSo 06/04/2016 06:58

Merci pour cet article très détaillé. Je vais le sauver et le ressortir la prochaine fois qu'un fâcheux me ressort le "Je crois pas au bio" ou le "Local, c'est de l'arnaque". C'est fou comme dès que nos choix de consommation sortent de la norme, des personnes tout à fait normales se sentent obligées de nous dire que nous sommes des naïfs, des bobos et que de toute façon,on n'en fait pas assez ;-)