Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tuto photo pour les nuls (comme moi), ou comment améliorer le rendu d’une photo quand on est une quiche.

Suite à la série d’articles où je vous racontais ma vision du blogging (ouais, comme jogging, mais avec un blog), je me suis dit que ça serait sympa de vous montrer comment présenter des jolies photos quand on est (comme moi) pas douée du tout en la matière. Ça pourra vous être utile si vous-même tenez un blog, mais aussi dans les photos quotidiennes.

Tuto photo pour les nuls (comme moi), ou comment améliorer le rendu d’une photo quand on est une quiche.

1. La prise de vue

  • Choisir si possible le moment pour prendre la photo. Je dis bien, si possible. Car moi, le conseil qui m’a fait bien râler, c’est « prendre la photo à la lumière naturelle ». Car oui mais bon, ça va 5 minutes mais quand on bosse toute la journée, on fait comment en hiver où il fait nuit de 17h à 9h ? Et quand le plat est cuit à 20h et qu’il fait nuit, on attend le lendemain qu’il fasse jour pour le photographier et donc le manger ? Donc voilà. On prend la photo et on fait comme on peut question conditions extérieures. (oui, ABasLePeRFeCTioNNiSMe rules) Là en ce moment, je profite effectivement du fait que les journées rallongent, je me dépêche pour le faire de jour, parce que c’est plus simple à travailler et que les photos sont effectivement plus belles quand la photo de base est prise de jour en lumière naturelle.
    Après, si je peux pas, je peux pas, je prends de nuit et je me débrouille, et ça va bien comme ça.
    Petit truc : si votre appareil le propose simplement (mon ancien bridge le faisait), réglez la balance des blancs sur n’importe quel support blanc (mur, papier) juste avant de démarrer la séance. Faites-le avant chaque séance par contre, car la luminosité n’est finalement jamais identique quand on prend des photos à la lumière artificielle. Si jamais un jour j’arrive à trouver un truc simple et gratuit pour régler à postériori la balance des blancs, je vous le ferai savoir !
  • Ensuite, mettre en scène la photo. J’ai des planches pour faire les fonds, que je vais customiser avec du parquet ou du tissu ou encore des chutes de mosaïque, et en attendant je joue avec les tissus que j’ai ou je prends même à même le sol parfois.
    Le coup de la planche est intéressant parce que ça permet de tout bouger d’un coup (changer de place, d’orientation si l’arrière-plan est trop bordélique et/ou trop visible sur la photo…). Bien sûr, toujours être attentif à l’arrière-plan, éviter le sceau en plastique bleu pétant, ou le tas de linge sale, ou…  J’ai un endroit privilégié aussi qui offre un fond blanc (le mur du rétroprojecteur, qui est forcément vide et blanc), c’est une chose à laquelle j’avais réfléchi lors de la création des plans de la maison. A l’époque il n’était pas question de rétroprojecteur, mais il était important pour moi de garder un mur blanc et vide.
  • Disposer les objets les uns par rapport aux autres. Classiquement par exemple, dans les photos de plats par exemple, on ajoute sur la photo un des ingrédients bruts (bien évidemment, pas le paquet de farine éco+ si on est en recherche d’esthétisme). J’ai quelques accessoires (vaisselle, nappes, chutes de tissu, torchon) qui ne me servent qu’à ça.
  • Prendre la photo. En réalité, prendre plein de photos. Sous tous les angles. Savoir ce que l’on veut mettre en avant ou en valeur, visualiser le résultat final (et ça, c’est valable pour toutes les photos, pas seulement les photos d’objets ou de plats !). Prendre de haut, ou au contraire en contre plongée, à ras du sol, etc etc. avec flash, sans flash…. Bref. Prendre plein de photos. C’est très rigolo d’ailleurs, pour un même sujet à photographier, vous me trouverez perchée sur la marche des enfants, ou bien allongée sur le sol…
Tuto photo pour les nuls (comme moi), ou comment améliorer le rendu d’une photo quand on est une quiche.

2. Sélectionner les photos à travailler.

Perso, je fais la première sélection avec le programme "Photos" de windows. Il est simple et facile à prendre en main. Je transfère les photos dans un fichier dédié, je clique droit sur la première photo > ouvrir avec > photos, et hop ça me lance la série. Lors d’un premier passage, je supprime directement dans l’application les photos inexploitables, floues etc. Je clique sur l'icône poubelle, puis supprimer.

3. Les corrections de base

Dans le même temps, je repère les photos exploitables.

Pour chacune, je clique sur modifier. Je n’utilise jamais les balances préenregistrées. Je vais sur modifs de base, je redresse et recadre. Pensez aux cadrages sympa (sujet décentré) ou partiels. Je vais dans luminosité, je corrige légèrement si nécessaire (parce que le plus gros sera traité dans gimp), et surtout, je vais dans couleurs et corrige la température (car ça c’est plus galère à faire dans gimp, du moins j’ai pas trouvé).

à gauche, photo initiale. à droite, photo corrigée (luminosité et température) sous Photos

à gauche, photo initiale. à droite, photo corrigée (luminosité et température) sous Photos

Enfin, je vais dans effets, j’ajoute une vignette ou pas (la vignette, c'est le halo sombre ou clair en bordure de la photo), et surtout, j’utilise la fonction mise au point sélective, qui gère le flou/netteté, pour donner du relief à la photo. J’ai abandonné le détourage sous gimp, car n’étant pas pro, ça me prenait énormément de temps pour un rendu trop artificiel à mon gout (halo autour de l’objet détouré trop visible pour moi). Là, c’est une fonction qui permet un rendu assez sympa, pas trop artificiel, qui permet de reproduire un peu ce que fait tout seul un Reflex. J’ai (l’incroyable chance) de posséder un Reflex, donc moi c’est en fonction de ma photo, en fait, je vois au coup par coup. J’enregistre une copie (pour repérer facilement par leur nom les photos modifiées).

Photos est un logiciel très simple et très intuitif contrairement à The Gimp, qui permet de traiter les photos en série sans avoir à les ouvrir les unes après les autres dans l'appli, et son nombre bien plus limité de fonctionnalités le rend plus léger et beaucoup plus maniable, c'est pourquoi je l'utilise pour débroussailler.

Une fois que j’ai fait mon tri et corrigé les photos que je voulais, je supprime toutes celles non corrigées afin de ne pas surcharger inutilement la mémoire de mon ordi.

recadrage et vignettage inversé, sous Photos

recadrage et vignettage inversé, sous Photos

4. L'étape Gimp

Gimp est l'équivalent open source et gratuit de photoshop. J’ouvre ma photo dans gimp. J’utilise principalement couleur>niveaux et je bouge les deux curseurs des extrêmes. Ça suffit généralement pour améliorer significativement le contraste et la luminosité.
Pour utiliser cet outil, pas besoin de connaitre The Gimp : une fois le logiciel installé sur votre ordinateur, il vous suffira de faire un clic droit sur la photo > ouvrir avec > Gimp. Lorsque la photo sera chargée dans le logiciel, il vous suffira de cliquer sur le menu déroulant "couleurs", de sélectionner "niveaux" et de jouer avec les deux curseurs extrêmes du diagrame. Personnellement, je décale toujours vers la droite un peu celui de gauche (25 sur le screenshot ci-dessous) et j'ajuste la luminosité avec celui de droite. Cet outil permet d'améliorer à la fois la luminosité et le contraste, et donc, la qualité des couleurs.
 

Tuto photo pour les nuls (comme moi), ou comment améliorer le rendu d’une photo quand on est une quiche.
Tuto photo pour les nuls (comme moi), ou comment améliorer le rendu d’une photo quand on est une quiche.
Tuto photo pour les nuls (comme moi), ou comment améliorer le rendu d’une photo quand on est une quiche.

Je connais bien sûr d’autres fonctionnalités un poil plus avancées, mais qui ne me servent pas pour la majorité des photos ou pour celles ne nécessitant qu’un traitement rapide. Et l’objectif de ce tuto, c’est de présenter des choses simples, alors je m’arrête là pour the gimp !

J’écrase mon Jpeg, et c’est tout. (fichier>écraser)

Pourquoi ne pas rester sous Photos pour travailler la luminosité, pourquoi sortir le bazooka ? Parce que ya pas à tortiller, le résultat, question rééquilibrage des couleurs et du contraste, est 10 000 fois supérieur dans gimp, voilà pourquoi. Oui, c’est une appli de plus à télécharger pour n’utiliser que 1% de ses fonctionnalités, mais ça apportera (enfin moi, ça m’apporte) souvent le petit plus qui fera une vraie différence.

à gauche, avant la correction des niveaux, à droite, après correction

à gauche, avant la correction des niveaux, à droite, après correction

Peut être que cet exemple n'est pas assez flagrant, je vous en donne donc un autre :

à gauche, photo originelle; au milieu, corrigée par Photos ; à droite, finalisation sous Gimp

à gauche, photo originelle; au milieu, corrigée par Photos ; à droite, finalisation sous Gimp

Concrètement, quand j'écris un article, souvent il est illustré par plusieurs photos du même objet pris sous différents angles (oui, j'ai comme un toc qui fait que je me sens mieux si mon article présente une unité d'image, hum). Je traite donc toutes mes photos d'abord sous Photos, puis je fais sur les photos filales sélectionnées les modifs gimp (souvent du coup un réglage similaire puisque prises lors de la même scéance photo).

5. L'étape Pixlr ou Snappa

Si j’ai besoin d’ajouter des éléments graphiques ou textuels à ma photo, je n’utilise pas the gimp. Je me doute que tout y est réalisable pour une qualité encore meilleure, mais il faut manier les calques etc, là, je vous propose du simple, du rapide et de l’intuitif. Pixlr (express) et Snappa sont tous deux disponibles pour du travail on line, pas besoin donc de les télécharger ni de les installer !

  • Pixlr : J'utilise pixlr si je veux des effets fun ou un élément textuel simples. Pixlr ne permet pas d'incruster des formes comme snappa, c'est pourquoi, si c'est pour incruster une écriture, la stratégie ne peut être la même : dans la photo suivante, pour que le texte ressorte, j'ai dû remanier le contraste et la netteté de la photo (diminuer le contraste et diminuer la netteté).
    L'utilisation de pixlr est simple, il vous suffit de charger votre photo (Browse) puis de farfouiller, mais il faut savoir que chaque modification écrase l'image précédente, et que donc on ne peut pas réajuster une action une fois qu'elle est validée.
Tuto photo pour les nuls (comme moi), ou comment améliorer le rendu d’une photo quand on est une quiche.
  • Snappa : Vous devrez d'abord entrer la taille de votre poto (en laissant le curseur de votre souris sur le fichier correspondant, les dimensions vont s'afficher toute seules). Puis cliquer sur Bkgrnd > uploads > upload an image. L'image téléchargée s'affichera sous forme de vignette dans la colonne de gauche et il vous faudra cliquer dessus pour qu'elle s'affiche dans l'espace de travail. J'utilise ensuite principalement Text et Shape.
    L
    'avantage de Snappa est que chaque étape n'écrase pas la précédente, qui reste donc accessible à la modification. Il contient par ailleurs une banque d'images libres intégrée, ce qui n'est pas négligeable quand on ne peut pas illustrer un thème par nos propres photos. (exemple, si je veux écrire un article sur les vacances à la montagne de ma Normandie).
    Il permet aussi d'insérer des formes pour mieux structurer l'élément textuel.
    Son inconvénient majeur est que si l'on ne s'en sert pas assez pour avoir besoin de sa version payante, la version gratuite est très fortement limitée dans le nombre d'export. J'utilise donc l'astuce d'un blog une fille mais aussi rarement que possible, car je n'aime pas non plus le principe de détourner une appli payante.
Tuto photo pour les nuls (comme moi), ou comment améliorer le rendu d’une photo quand on est une quiche.

Voilà ! J’ai beau être une quiche, j’ai fini par prendre goût aux chouettes photos. J’aimerais bien investir dans un trépied pour pouvoir prendre des photos d’étapes successives exactement sous le même angle, ou dans un objectif (c’est bientôt mon anniversaiiiiireeeee à bon entendeur HAHA).

Alors, ce tuto vous a-t-il aidé(e)?
N'hésitez pas à me dire si vous avez besoin que j'approfondisse l'un ou l'autre des points.
Je suis une quiche en photo mais une ancienne geek, donc même si je ne suis plus à la page, j'ai des bases suffisantes pour me débrouiller à peu près.
Mais je peux toujours faire des tutos plus ciblés pour les Méga-Quiches !

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

céline 15/06/2016 15:02

ah mais pardooonnn !! je ne savais pas qu'il y avait cette catégorie sur ton blog !! (débarquement après 5 mois d'abstinence d'internet)
merci pour l'article !

Linette_sortezdevosconapts 15/06/2016 15:03

loooool :p

NoLauw 12/06/2016 09:57

Chouette tuto ! Ca me donne des idées niveau prise de vue.
Je ne sais pas si tu connais ce site, mais moi, j'utilise beaucoup picmonkey.com

Emy Jolie 23/05/2016 18:49

Ouahou !!! Super article, merci beaucoup !!! :-) je ne connaissais aucun des logiciels dont tu parles, ça peut être sympa :D
Merci !

Karine G-s 23/05/2016 16:09

Hello,
Super tuto très clair pour les débutantes :)
Concernant les modifications qui écrasent le fichier jpeg, si tu travailles avec des calques sous Gimp tu pourras revenir en arrière et faire plusieurs essais sans écraser l'étape précédente.
J'avais demandé à mon homme (graphiste) de pondre un petit tuto pour expliquer tout ça sur mon autre blog (celui qui donne des conseils pour gérer sa photothèque perso) mais je n'ai jamais pris le temps de le poster. Il faudrait que je le fasse :)

Linette_sortezdevosconapts 23/05/2016 16:15

oui oui pour gimp, je sais :p
c'est sous pixlr que ce n'est pas possible (enfin, sous pixlr express)