Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

OMG je suis synesthète ! (#gné?)

Il y a quelques temps, au détour d'une conversation lue sur un groupe Facebook, j'ai découvert un truc de ouf. Oui oui, de ouf. Plus exactement, j'ai découvert au bout de 36 ans d'existence qu'un truc que je faisais naturellement, et que je pensais que tout le monde faisait aussi, comme un truc constitutif de du fonctionnement de l'esprit humain, était en réalité loin d'être universel. Bien sûr, ça a éveillé en moi la curiosité de la psy que j'ai été dans une autre vie.

Alors non, je ne suis pas en train de vous dire que j'ai découvert à 36 ans que tout le monde ne regroupe pas sur le fil à linge les vêtements de chaque membre de la famille (#monk) ou que tout le monde ne range pas les couverts par type de couvert dans le lave vaisselle (#monkmonk). (comment ça j'ai des tocs????)

J'ai découvert que tout le monde ne se représentait pas le temps en 3D. J'ai été tellement surprise que j'ai posé la question suivante à plusieurs personnes : "comment voyez-vous l'année?"

J'ai obtenu deux catégories de réponses :

  • les réponses les plus fréquentes : "je la sens plutôt bien, l'année, j'ai plein de trucs chouettes au programme" / "bin comme un calendrier quoi"/"gné???"/"tu t'es vue quand t'as bu?"
  • ...et les autres : "alors chez moi les saisons ont une couleur et les mois sont en zig-zag, il y a une petite passerelle entre décembre et janvier"/ "mon année est comme un circuit, mais en spirale : vue de haut, l'année est un cercle aplati, mais en réalité le passage d'année en année donne une spirale"/"je peux zoomer sur une date"

Alors voilà, je vais vous raconter comment je vois l'année...en D.

Pour moi, l'année est comme un D. Juillet et Août sont sur la barre du D, Aout sur la moitié supérieure de la barre, puis sur l'arc de cercle se déclinent de haut en bas les autres mois, de septembre à décembre. Ce D n'est pas vertical comme la lettre, mais horizontal, comme un circuit automobile.

OMG je suis synesthète ! (#gné?)

Mais selon le mois dans lequel je me projette, je n'ai pas le même point de vue.

  • si je me projette en mars, je suis comme sur une route, je vois le virage de juillet au loin.
  • si je me projette en juillet ou en aout, c'est toujours vue de dessus, comme si je les survolais en planeur.
  • si je me projette entre septembre et décembre, je suis au centre du circuit, dans l'espace en dehors de la route, et je vois toujours ces mois comme "de côté".
OMG je suis synesthète ! (#gné?)

Et sinon, le temps qui passe est comme une frise qui monte en zig-zaguant. Cette frise est aussi colorée que mon D est en noir et blanc : jusque les guerres napoléoniennes (me demandez pas pourquoi, je n'en ai aucune idée !), ce sont des années bleues/vertes. Après un petit zig-zag, le 20e siècle monte telle une frise multicolore, puis il y a un virage à droite en l'an 2000 et ensuite, ce sont des années jaunes/orange. Je ne "vois" pas le futur, comme si sur cette frise ne se matérialisait que l'échelle de temps humaine.

Je vois par contre les jours de la semaine en version calendaire, probablement comme tout le monde, par bloc-semaine.

Cette manière de matérialiser une donnée abstraite par un objet ou schéma 3D a un nom, la synesthésie. Plus exactement, c'est l'une des formes recensées de synesthésie.

Il en existe plusieurs. Les plus répendues seraient :
- l'association de couleurs aux ambiances musicales ou aux notes (ce n'est pas mon cas)
- l'adjonction de couleurs aux lettres et aux chiffres. Ce n'est pas mon cas non plus sauf pour quelques dates très précises : pour une raison que j'ignore par exemple, 13 novembre, jour de naissance de mon frangin, est toujours rouge, et 1987, son année de naissance, est une année orange.

Certaines formes sont beaucoup moins fréquemment répertoriées :
- le fait d'associer une couleur à une personne en fonction de ce qu'elle dégage ;
- le fait d'associer une personnalité aux lettres de l'alphabet ;
- le fait de ressentir ce que ressent un autre être humain quand on le touche.

Bien sûr, il s'agit toujours de constructions subjectives, et lorsque j'ai commencé à lire sur ce  sujet de la synesthésie ainsi que les témoignages, il m'a semblé que le fil conducteur était très souvent le codage sensoriel des émotions, qu'elles soient internes ou bien projetées sur une autre personne. Cela n'a finalement rien de surprenant d'un point de vue psychanalytique puisque (et là je ne me pose pas en experte puisque ce n'est plus mon domaine d'expertise depuis quelques années) le but de toute construction subjective est précisément de traiter ces émotions, de les nommer, de les prendre dans le filet du symbolique et de l'imaginaire, pour éviter qu'elles ne nous envahissent au point de nous engloutir comme cela se passe dans certaines formes de psychoses, par exemple. Et quand on observe les enfants, apprivoiser les émotions est un grand chantier pour eux, certains courants éducatifs insistent sur le fait de les guider vers l'identification et la dénomination de ces émotions, et l'expérience de parent montre souvent que lorsque l'émotion est nommée (colère, peur, ou même joie !) elle perd de son intensité et l'enfant peut alors en faire quelque chose, trouver des solutions et avancer.

L'outil privilégié du "codage" de ces émotions, c''est le langage, le système signifiant. Nul besoin que ce soit obligatoirement le langage parlé : la langue des signes, par exemple, remplit parfaitement cette fonction.

Chez la personne dite synesthète, ce codage passe par d'autres formes. Qui le plus souvent ont un sens (même s'il est inconscient et s'il échappe à la personne, celle-ci suppose que ce sens existe), mais dont le support principal n'est pas la rationnalisation consciente opérée par le langage. Comme le rêve, ces constructions spatiales ou sensorielles peuvent tout à fait dans un second temps être parlées et même, j'en suis sûre, analysées. Mais elles interviennent comme un prélude, comme un chainon supplémentaire, entre l'émotion/l'abstraction et le symbole signifiant qu'est le langage.

Et même quand le traitement de l'émotion ne semble pas être la fonction principale de prime abord, comme les couleurs des lettres de l'alphabet, il semble que cela reste une forme de codage de l'information, opérée de manière inconsciente dans nos plus jeunes années.
Là où classiquement, les connexions neuronales se renforcent entre la forme de la lettre A, le son de la lettre A et la manière dont la bouche s'ouvre et où l'air passe lorsque l'on prononce la lettre A, tout se passe comme si, pour certaines personnes, d'autres connexions s'étaient créées en plus, donnant aux lettres une couleur particulière, ou une personnalité particulière, pour retenir et intégrer l'alphabet. Je me base sur l'exemple des lettre qui me semble le plus accessible, mais ce processus semble transposable à la plupart des formes de synesthésies : leur point commun est que le cerveau de l'être humain synesthète a ajouté des dimensions supplémentaires au codage de l'information. De ce que j'ai pu lire pour le moment, la synesthésie serait donc un codage multifactoriel/multisensoriel de l'information. D'un point de vue psychanalytique, je serais vraiment curieuse de lire des témoignages et des études de cas sur le sujet pour comprendre son articulation avec la structuration du sujet et la construction du psychisme.

Bien sûr, les synesthètes ne sont pas "plus" intelligents que les autres, ils sont juste différents. Car a priori, la synesthésie ne sert pas plus dans la vie que le fait d'être blond, ou brun, ou droitier, ou gaucher. Simplement, comme le fait d'être roux, ou gaucher, sa fréquence d'occurence chez l'être humain est statistiquement minoritaire.

Personnellement, la découverte de cette particularité m'a très rapidement ramenée à ma propention à traduire l'abstraction en formes ou en objets dans l'espace.

Lors de mes études en pays lacanien, j'ai ainsi annoté certains de mes bouquins de schémas en 3D pour comprendre, intégrer l'objet a, le petit autre, le grand Autre, le fantasme, les postitions subjectives par rapport à la jouissance, jouissance phalique, jouissance Autre (j'arrête, je sens que je vous ai perdus !).

OMG je suis synesthète ! (#gné?)

Cela traduit vraiment ce mécanisme chez moi qui consiste à matérialiser l'abstrait, à le rendre visible ou consistant. D'ailleurs, est-ce un hasard, finalement, si une partie de mon mémoire de fin d'études a porté sur l'évolution fascinante des représsentations mentales de Giacometti ainsi que sur l'oeuvre, non moins captivante du photographe aveugle Even Bavcar ?

Photographie de Evgen Bavcar

Photographie de Evgen Bavcar

J'ai également toujours synthétisé et dépouillé l'information jusqu'à son maximum, un mot, deux mots, et relié ces mots-clés entre eux par des connecteurs logiques. Un peu comme une mind-map en fait, mais pas sur papier, directement dans mon esprit.
L'information condensée apparait toujours en lien logique avec les autres informations, en suspension dans l'espace, et lorsque j'ai besoin d'une information, je peux zoomer sur le mot et déployer ce qu'il recouvre. Vous vous doutez que ça a été un moyen particulièrement puissant pour toutes les épreuves où le raisonnement était évalué (dissertations, mais aussi, équations mathématiques etc). Ce réseau de codage logique et spatial de l'information me sert encore maintenant pour appréhender les relations de causalité existant entre des problématiques à première vue très éloignées. Je ne le fais pas consciemment, je lis des choses à des endroits et à des moments différents, et la connexion logique naît d'elle-même. Elle ne s'impose pas à moi comme une hallucination le ferait, je sais au contraire qu'elle émerge d'un processus cognitif qui se déroule en dehors de ma conscience : une fois que l'association a émergé, je peux identifier d'où elle vient ainsi que toute la chaine logique qui a conduit à cette conclusion.

Du coup, même si ce n'est pas plus extraordinaire ou utile que d'avoir les yeux bleus ou être ambidextre, c'est quand même un sacré atout pour voir les choses sous un autre angle et faire émerger des solutions nouvelles. 

Attention, si la manière dont j'exploite cette particularité la rend pour moi utile, je connais des personnes qui arrivent aux mêmes conclusions que moi sans être synesthètes : ce n'est donc qu'un moyen parmi d'autres, et de surcroit, un moyen que je n'ai pas construit consciemment, en quelque sorte, que je n'ai pas choisi, tout comme je n'ai pas choisi d'être blonde...ou droitière...ou petite...ou même multipouët.

Mais quand même, mon cerveau développe des connexion neuronales bizarroïdes, c'était une découverte suffisament rigolote pour que je la partage avec vous, non?

Alors, et vous, racontez-moi, comment voyez vous l'année?

 

(PS : cet article n'a absolument aucune prétention scientifique
et n'est que le résultat de mes cogitations et intuitions personnelles sur le sujet !)

Vous avez aimé mon article? Si vous ne voulez pas louper les autres.... rejoignez la page Facebook du blog !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Loïc 19/08/2017 10:26

Bonjour,
Je ne suis donc pas seul :)
Mes mois de l'année sont organisés moins logiquement que les tiens : janvier à avril verticaux, mai et juin en courbe, juillet et aout horizontaux, et septembre à décembre obliques...
Mes jours de la semaine sont aussi en D (avec le weekend sur la barre du D).
Par contre, mois comme jours, je les vois toujours d'un point de vue fixe extérieur, pas mobile comme toi...
Merci pour ce partage, et cette analyse intéressante !

laeti 07/11/2016 17:22

Alors ça... je connaissais le concept mais je ne savais pas que la représentation du temps en faisait partie, donc mon année en D (mais dans le sens inverse du tiens mdr!!) et mon temps historique en ruban qui flotte, qui est plus sombre vers le passé en ferait partie???? bah... tout le monde à FORCEMENT une représentation... non???

ghis 25/10/2016 12:29

Très intéressant! Pour moi l'année est un cercle et pas un D. Je n'y avais jamais pensé, je croyais que tout le monde pensait comme moi ;) Je vois l'été en haut, l'hiver en bas le printemps à droite et l'automne à gauche, un peu comme en médecine chinoise. Pour l'information, je ne sais pas synthétiser en quelques mots comme vous mais je mets des images sur les mots. Je vois ma mémoire comme une sorte de recueil de photos. Merci pour cet article.

Pétunia 19/10/2016 10:45

C'est fascinant, je vais relire ton article et me documenter.
Je pensais que cette façon de voir le temps, ou les choses était liée à l'apprentissage. Par exemple quand j'ai appris les mois, ils étaient colorés, en cercle. Et dans ma tête j'aurais arrangé ça à ma sauce.

Question indiscrète as tu une formation en psycho ?

Linette_sortezdevosconapts 19/10/2016 11:00

oui ! je suis psy à la base.

Delphine L. 10/10/2016 14:58

Heu... pour la synesthésie, je vais relire tout ça au calme ce soir :) J'ai déjà entendu parler de ça, mais très concrètement ça me laisse perplexe car pour tenté de répondre à ta question, en fait je n'arrive pas à me représenter l'année graphiquement... Je me contente de me remémorer mon calendrier mural pour l'année, mon calendrier mensuel sur le frigo et mon outlook pour la semaine... Après peut-être est-ce pour ça que j'ai tant de soucis pour être bien organisée :) Et comme j'ai un gros problème avec les chiffres, que je n'arrive pas à mémoriser, ceci explique peut-être cela :D
Par contre je me retrouve tout à fait pour le linge et le lave-vaisselle, si ça peut te rassurer :D

Marjo 08/10/2016 07:45

Mince alors, moi aussi je suis synesthète. Et moi aussi je me représente l'année comme un D sur lequel je me situe. Par contre le mien commence au 1er janvier. Ce qui est marrant c'est que la seule fois où j'ai tenté d'expliquer ça à des amis, j'ai été considérablement moquée et je me suis sentie très seule. J'ai fini par me dire que c'était peut-être un schéma que j'avais vu en maternelle et fini par déformer.
Bref, encore un point commun avec toi.

Raphaelle 05/10/2016 14:05

Mais évidemment que les lettres ont une personnalite ! Et les chiffres aussi !!!!! :))) Je ne suis pas sure de voir l´année en 3D mais je suis capable d´effacer un 3 pour le refaire s´il a l´air agressif ! Si, si !!!

Françoise 04/10/2016 08:52

Rhooo j'adoore cet article .Je viens de découvrir un peu de moi .Comme toi l'année se trouve sur un D mais la barre juillet et août se trouve en haut et la courbe vers le bas .En plus la barre est plus haute (dans l'espace)et donc je descends vers septembre .Octobre est plus bas novembre ...Mais dès janvier on remonte vers février ...etc .Je n'ai pas lu tous les messages ci dessous mais j'ai aussi une orientation dans l'espace pour les chiffres .Tous on une place dans l'espace .Ils ont une position en 3D que je peux montrer avec la main EX le 10 est devant moi vers l'épaule gch .Les centaines aussi sont représentées et ceci jusque 10000.Trop contente de découvrir cet article .J'ai déjà posé la question autour de moi et seul un de mes fils fait pareil .Pour le temps j'ai aussi une ligne zig zag 3D .Si on parle du XI eme siècle, immédiatement il se positionne directement dans l'espace . Chez moi il n'y a aucune couleur. J'ai envie d'en savoir plus sur cette façon de faire qui m'interroge depuis longtemps .Un très grand merci .

linette 03/10/2016 20:04

Trop intellectuel pour moi, je suis une manuelle primaire, mais toutefois j'ai votre blog dans mes favoris. Je vais tenter de relire pour voir si je comprends ! si non pas grave, je ne veux pas avoir mal à la tête. (humour) Je vais continuer à lire vos billets. Bonne continuation

Mag 03/10/2016 10:12

alors pour moi, je visualise l'année de manière verticale. Avec un début et une fin. Janvier en haut, décembre en bas. L'été (juillet/août) très lumineux (le ciel, la mer, la légèreté, la joie de vivre, la lumière étincelante surtout !)... dès que l'automne arrive, la lumière déclinant, j'ai la sensation très physique de "descendre" jusqu'en décembre (surfant sur une vague sensation d'hibernation). En janvier, je "remonte" immédiatement en haut de cette barre du temps verticale, je sais que la lumière va revenir (!). Et en février, je ressens dans ma chair des petites bulles de vie, des vibrations, comme un renouvellement de toutes mes cellules, je sens littéralement le printemps arriver. C'est la joie, le bonheur... même s'il faut patienter jusqu'en avril/mai pour s'alléger définitivement en laissant tomber manteaux, blousons, collants, etc. Bref, je suis un arbre, une plante, un végétal (sinon, chez moi les lettres et chiffres sont couleurs... du coup, les gens aussi selon leur prénoms ;-))

Florence 29/09/2016 11:01

Bon, je n'avais pas tout compris donc je suis allée me renseigner. J'ai même passée des tests (en anglais, argh!). Moi, je n'ai pas de relation particulière au temps, aux lettres... et je ne vois guère de couleurs sauf quand j'ai très mal. Mais j'associe des idées abstraites et des mots soit à des formes spatialisées soit à des goûts et des odeurs. Un exemple : les guerres de religion du XVIè me font saliver pour des frites et un croissant au fromage.
A priori, ce serait une autre forme de synesthésie et je serais une associative (je vois tout dans ma tête mais je ne suis pas capable de projeter cette relation sur papier ou sur un autre support, ou en tout cas très mal).
Bref, tu m'as fait découvrir des choses sur moi ce matin et c'est bien sympa!

Linette_sortezdevosconapts 29/09/2016 11:06

ha oui exact, elle est rare cette forme là ! et cheloue :p

naturnelle 29/09/2016 10:20

oula je t'avou j'ai décroché au 4eme paragraphe c'est du chinois pour moi!

Linette_sortezdevosconapts 29/09/2016 10:26

looool <3

KaMaia 29/09/2016 09:37

On en a parlé sur facebook sur le mur de l'Accro ;) donc c'est du déjà vu mais si tu prends ton premier dessin, je vois l'année exactement comme toi, sauf que je "retourne" le D pour que la barre juillet/aout soit en haut, entre 11h et 14h à peu près. d'ailleurs elle n'est pas tout à fait droite mais un peu arrondie. Septembre est à 3h, décembre à 6h et ça fait un coude franc au 1er janvier pour démarrer l'année en ligne presque droite jusqu'en juin, et là, je ne suis plus au-dessus mais bien "sur les rails"
Par contre, en mars, je suis positionnée exactement comme toi, avec juillet en ligne de mire au fond (genre un peu comme si j'attendais les vacances.
Sur cette drôle de piste d'athlétisme déformée, les mois n'ont pas la même longueur, février est plus court (normal) mais avril aussi, alors que mai est long, sans doute parce que c'est un mois où nous avons plusieurs anniversaires (moi, mon ex, ma soeur).

Enfin, moi je vois la semaine sous la forme d'un D aussi, donc la barre est en bas (donc en fait ce n'est pas un D, ce serait plutôt un genre de dôme). Donc en bas, samedi et dimanche, puis la courbe du D commence avec lundi, mardi, mercredi en haut, jeudi et vendredi. On se déplace donc dans le sens inverse des aiguilles d'une montre ;)

Je suggère qu'on monte un club ! :D

Linette_sortezdevosconapts 29/09/2016 09:45

ouiiiiii pour un club !!

Suny 29/09/2016 09:16

Waw. ça fait SUPER bizarre de voir, à peu de choses près, sur un écran et dessiné par quelqu'un d'autre, la façon dont j'illustre le temps dans ma tête... Il y a quelques différences avec mon schéma, mais globalement, sur le fonctionnement, c'est pareil. Flippant ! Par contre je ne savais absolument pas que ça entrait dans le cadre d'une construction psychique particulière et qui en plus avait un nom ! Je pensais juste avoir des manies chelou ^^
Merci pour cette découverte, c'est vraiment très intéressant ! :)

zenopia 29/09/2016 06:49

Très intéressant : je ne connaissais pas du tout cette particularité... C'est marrant le truc des dates liées aux couleurs... le rouge souvent symbole de danger et l'orange LA couleur de la communication...
Bon sinon, perso, je vois le temps de façon linéaire avec des retours en arrière, des connexions... Belle journée :)