[workshop bienveillance] : la liberté d'expression doit-elle avoir une limite sur les réseaux sociaux?

Publié le par Linette_sortezdevosconapts

Je vous retrouve aujourd'hui pour le 2e volet du workshop "bienveillance sur les réseaux sociaux" , consacrée à la limite de la liberté d'expression sur les réseaux sociaux !

Imaginons que la liberté individuelle n'ait aucune limite, que serait cette liberté? 

  • liberté de de consommer des kinder, au détriment de celle des enfants qui les fabriquent et les assemblent d'avoir une vie et une santé décente.
  • liberté de consommer du coca, au détriment de celle des populations indiennes de boire de l'eau
  • liberté de consommer des tomates en hiver, au détriment des sols, de la santé et de la liberté de l'ouvrier clandestin exploité de connaitre une vie et un salaire digne.

...Et j'en passe.
Oups ! Finalement, l'absence de limite, c'est la situation actuelle. Tant que l'on ne tue pas ou ne blesse pas directement autrui, nous excerçons pleinement notre liberté individuelle, celle de fermer les yeux pour assurer notre confort.
Pas très glop cette liberté... pas très heureuse. Mais on se dit tous qu'on a pas le choix... sinon on arrête tout, on ne vit plus et on retourne vivre dans une grotte. La voir bien en face déclenche chez nous un sentiment de culpabilité qui referme la porte au lieu de l'ouvrir : circulez, ya rien à voir, j'ai juste pas le choix.

Ne voyez aucun jugement dans mes propos : cette liberté, je l'ai exercée pendant 30 ans et il n'est absolument pas question pour moi de l'oublier, ni d'oublier à quel point c'est dur de remettre tout ça en question. Je l'avoue d'ailleurs, je l'exerce toujours parfois, même si énormément moins souvent.

Je vous propose aujourd'hui de prendre le problème par l'autre bout de la lorgnette : chacun de nous souffre de cette absence de limite. Prenons conscience qu'on est toujours "l'autre" anonyme de quelqu'un, au détriment duquel ce quelqu'un consomme, vit, fonctionne en pensant ne pas avoir le choix.

  • la liberté des autres de consommer du conventionnel entrave notre liberté à jardiner sans pesticides, puisque la pollution se retrouve partout, dans l'air, dans l'eau, dans le sol.
  • la liberté des autres d'acheter des articles à bas pris entrave notre liberté d'avoir un job puisque cela entraine des délocalisations et des suppressions de postes.
  • la liberté de participer à une économie qui répartit les richesses de manière inégale nous prive de mener une existence sereine au niveau financier.
  • la liberté de participer à une société patriarcale limite celle d'une majorité de femmes d'être autant payées et considérées qu'un homme à job et résultats équivalents.

Depuis toutes ces années que je tiens ce blog, je vous explique en long, en large et en travers que nous, simples citoyens, sommes la clés pour tout ça et que c'est à notre portée, à travers les choix que nous effectuons chaque jour dans notre comportement de consommateur : c'est à chacun, en tant que citoyen du monde, de se poser des limites pour que son mode de vie n'empêche pas les autres de vivre décemment, c'est notre responsabilité d'êtres humains de rétablir cet équilibre.

OUAIS on est pas samedi et j'ai un jour de retard.... et alors?

OUAIS on est pas samedi et j'ai un jour de retard.... et alors?

et dans l'expression, la liberté, ça donne quoi ?

La liberté d'expression dans notre vie quotidienne a ceci de particulier qu'on a toujours le choix : si on peut avoir le sentiment de ne pas avoir le choix de vivre au détriment d'une autre catégorie de personne, par manque de moyens financier ou d'action, on a en revanche toujours le choix de s'exprimer sans jugement, sans humiliation et sans ironie.

Et comme toute liberté, elle a par conséquent une limite. Ma liberté s’arrête là où commence celle de l’autre. Eh, oui, la règle d’or de réciprocité est un principe philosophique qui borde l’humanité, c’est-à-dire, qui est une caractéristique qui fait que l'homme est un animal spécial, depuis presque la nuit des temps. 
Ce principe est repris par toutes les grandes religions, mais figure aussi en bonne place de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen du 26 août 1789 ainsi que dans la deuxième, préambule de le Constitution du 24 juin 1793 :
" Article 6. La liberté est le pouvoir qui appartient à l’homme de faire tout ce qui ne nuit pas aux droits d’autrui : elle a pour principe la nature ; pour règle la justice ; pour sauvegarde la loi ; sa limite morale est dans cette maxime : Ne fais pas à un autre ce que tu ne veux pas qu’il te soit fait."

Or, la non limitation de la liberté d'expression n'a pas moins d'effets négatifs que celle de la liberté d'agir : ce ne sont que des mots, mais l'humiliation dévaste. Combien de jeunes adolescent.es se sont senties à tel point acculées qu'elles n'ont vu de salut que dans le suicide, pour cause de harcèlement virtuel? Ce n'étaient que des mots, ces mots ont pourtant ruiné leur estime d'elles-même et jusqu'à ce qui maintenait leur désir de vivre.

Le harcèlement et l'humiliation sont déjà un fléau de la vie réelle.... Ils sont décuplés dans la vie virtuelle, favorisés par le sentiment d'impunité que procurent la combinaison entre l'anonymat et la dématérialisation. La règle d'or devient alors la règle de l'ombre.

Lorsque l'on gère des communautés virtuelles petites au grandes, il est possible de refuser cette règle de l'ombre. 

Au delà de refuser systématiquement toute incivilité, jugement, humiliation, ironie, il est possible d'amener les personnes à se mettre à la place de l'autre et d'en tenir compte dans leurs réponses.

Par exemple sur le groupe que je co-gère, on demande aux personnes qui arrivent de garder l'esprit ouvert au changement et de ne pas juger des pratiques qui se situent pour le moment au-delà de leurs limites, et à la fois on demande aux personnes qui y sont depuis longtemps d'accueillir avec bienveillance les petits pas des personnes qui débutent. Même si c’est le drive et que "le drive, c’est pas licorne". Oui, oui. (Je rappelle au passage que "être Licorne" (qui ne veut en soi rien dire, haha), c'est être sur un chemin. Pas au point d'arrivée. Donc, si le drive est un premier pas pour se désintoxiquer des tentations des supermarchés.... CQFD.)

Exercice pratique : comment ne pas refermer la porte sans pour autant renoncer à notre conviction qui est que citer les marques et les solutions cracra et non éthique leur donne de la visibilité et que donc, c'est pas ce que l'on cherche? Comment amener les personnes à faire autrement sans qu'elles ne se sentent prises au piège d'un dogme ?

Voici quelques pistes de réflexions à garder en tête :

  • je veux ouvrir une porte et la maintenir ouverte, non la refermer ;
  • encourager et valoriser les petits pas produit plus d'effets positifs que souligner ce qui n'est pas encore acquis ;
  • accepter qu'à un moment donné, une personne ait des limites qui lui sont propres et qui lui semblent indépassables ;
  • ne jamais dire à une personne dématérialisée ce que je n'oserais pas lui dire en face, ou d'une manière que je n'opterais pas dans la vraie vie.
  • Je suis une vraie personne, même devant mon ordinateur, je pense mériter le respect et le bénéfice du doute, et à raison : c'est strictement la même chose pour mon interlocuteur dématérialisé.

Et surtout, ne jamais oublier de remettre les choses en perspective quand on est sur le point de crier à la censure.... Les personnes qui se battent pour la liberté d'expression ne se battent pas pour la liberté de se faire insulter ou humilier, ni pour la liberté d'insulter et d'humilier, mais pour la liberté de porter une opinion politique ou religieuse différente du pouvoir en place sans être arrêtées, emprisonnées, torturées, enlevées ou mises à mort.

Vous aimez mes articles? Suivez-moi sur la page Facebook du blog !

Et n'oubliez pas...Vous avez envie de participer à un super chouette projet citoyen?
Vous avez envie de semer de petites graines à votre niveau?
Je vous invite à regarder par ici....

Commenter cet article

Lilasrose 24/02/2017 12:04

Tout ce qui est dit ici m'intéresse, et je suis sur cette ligne de pensée et de faire également. Par contre, je ne vois pas ce que les licornes viennent faire la dedans ? Expliquez-moi j'ai pas tout compris...

corinne 26/12/2016 16:20

Magnifique billet qui redonne confiance dans la nature humaine ! Je découvre ce blog et je reviendrai !

Linette_sortezdevosconapts 31/12/2016 10:53

merci

Martine 23/12/2016 19:49

Bonsoir,
je relis et relis votre article...
Ce que vous dites est tellement juste...
Merci beaucoup d'écrire ce que je n'arrive pas à exprimer.

Linette_sortezdevosconapts 31/12/2016 10:53

merci <3

Cyan 18/12/2016 19:17

Bien dit!

Ciriaco 18/12/2016 16:40

Un de vos articles précédents me faisait penser à la netiquette. Celui-ci m'y ramène aussi. C'est ce qu'on peut faire de mieux dans un espace public, des règles générales basée sur des éléments de bon sens. On pourrait aussi, comme vous le faites, particulariser ces règles pour tel ou tel domaine, règles qui prendraient appui sur les règles générales. Ce serait un pré-requis à toute espace d'expression, un travail collectif et responsabilisant.

Dans un monde serein ce sont aussi et bien sûr des questions qui devraient être investies par l'éducation nationale (ateliers d'analyse et de réflexivité sur les usages, etc. - plutôt que de revenir aux blouses, lol). Je ne sais plus comment on appelle ce phénomène, où l'on voit des adultes préférer se comporter en adolescent, et des adolescents s'approprier les concepts difficiles de la modernité, sans avoir l'expérience et le bagage pour les saisir.

Je serais un peu moins vieux et un peu moins isolé, j'aurais plaisir à essayer de faire revivre l'ancien flambeau (l'IETF est ouvert à toutes et tous...). J'espère sincèrement que l'élan dont vous faites preuve sera mieux entendu.

Ciriaco 18/12/2016 21:30

*Désolé pour les fautes de typos !

résé 18/12/2016 16:35

Natasha l'avait assez bien résumé je trouve ;)
bisous toi !! et passe de bonnes fêtes de fin d'année ! <3
https://echosverts.com/2015/01/22/laisser-des-commentaires-bienveillants-sur-un-blog/

Laurine 18/12/2016 12:56

"Les personnes qui se battent pour la liberté d'expression ne se battent pas pour la liberté de se faire insulter ou humilier, ni pour la liberté d'insulter et d'humilier, mais pour la liberté de porter une opinion politique ou religieuse différente du pouvoir en place sans être arrêtées, emprisonnées, torturées, enlevées ou mises à mort."

C'est ce que je pense à chaque fois que quelqu'un.e brandit le "et la liberté d'expression??" quand iel se permet d'insulter quelqu'un.e . Ou quand je lis "et c'est bon, on est en démocratie ici". Ou comment oublier le véritable sens des mots...

merci pour ton article, c'est vraiment un plaisir de te lire à chaque fois. ça travaille ensuite :)

Linette_sortezdevosconapts 18/12/2016 14:38

zut, c'est un comble de travailler pendant les vacances de noel :p

Nany Noo 18/12/2016 11:56

Si j'avais écrit cet article, j'aimerais vraiment recevoir des soutiens, des compliments, des pensées positives...
Alors je te remercie de tout cœur de me faire encore réfléchir à la bienveillance et la liberté qu'on a de pouvoir en parler. Bon dimanche !

Linette_sortezdevosconapts 18/12/2016 14:37

merci beaucoup