Cours certifié en permaculture... késako ? #1

Publié le par Linette_sortezdevosconapts

Comme je vous l'ai raconté dernièrement, ces derniers mois ont achevé de décharger mes batteries. Et de l'énergie, il va m'en falloir, car l'aventure que je partage avec Marie depuis maintenant bientôt deux ans ne cesse de se poursuivre, avec une échéance autant incroyable qu'imprévue : la préparation d'un TEDx pour le mois de novembre.

Or quand je suis complètement à plat, il ne se passe plus grand-chose dans ma tête, c’est un peu une grande page blanche qui refuse de se remplir, pas d’énergie pour écrire, ni pour réfléchir, beaucoup moins d’énergie pour être disponible pour l’autre, et juste avant l'été, clairement, mon cerveau a milité pour une déconnexion à durée illimitée, en mode "le temps qu’il faudra".

Alors voilà, je suis en période de déconnexion, autrement dit, en vacances de ma 2e vie. J’assume ma première vie, la famille, le quotidien, le travail, mais je n’alimente plus mon blog, je ne réponds pas aux mails ni aux MP (pas de panique donc si vous avez une demande en instance, je suis simplement en vacances !), et je n’interviens plus sur GBEM.

Et pendant ce temps-là, il se trouve que j’ai fait un truc vraiment vraiment chouette : j’ai été bénévole cuisine pour le déroulement d’un Cours de Conception en Permaculture, qui est une formation d’une durée minimale de 72 heures, étalées assez souvent, en France, sur 12 jours.

Quand on commence à s'intéresser à la permaculture, on pense souvent en premier lieu à la ferme du Bec Hellouin. C'est l'un des lieux français les plus connus du grand public, en partie grâce au film Demain qui a mis leur philosophie et leur lieu très joliment en valeur. En plus d'être un endroit magnifique, c'est également un lieu de formation de référence que j'ai eu la chance de visiter l'année dernière, guidée par Natasha de Echos Verts... Mais ce n'est pas le seul ! De tels endroits existent un peu partout en France. Dans ma région, j'ai par exemple eu la chance de rendre visite à l'association La Sève près de Mantes-la-Jolie, ou encore, plus près de chez moi, le surprenant et expérimental (et luxuriant) jardin du Marais Vernier.

Enfin bref. De par les activités de Mr Conapts, je commence à connaître un peu ce petit monde et on m’a proposé d’être bénévole cuisine pour le CCP de juillet chez les Pichoulis, à Herrin, dans le Noooooord, là où on dit "jte rappelle et jte dis quoi". (Quoi?).

Mais laissez moi d'abord vous planter le décor.
L'année dernière, alors que je ne connaissais rien de rien sur la question, Mr Conapts s'était inscrit à cette formation financée par pôle emploi, à Herrin donc à 2h30 de chez nous, pour 12 jours consécutifs. Dans ma tête - je n'avais pas regardé le programme de près, hum - c'était une formation comme une autre, quoi. Un truc dans un lieu dédié, voire dans un préfabriqué, avec des tables et des chaises d'école, du café en thermos dans des gobelets en plastique jetables et un hébergement collectif de type internat ou dortoirs de CFA. Il ne pouvait en être autrement pour un truc financé par pôle emploi ! Et puis on a beau vouloir sortir du cadre, un truc officiel rime forcément avec un truc chiant qui suit les règles du monde du travail. D'où l'enfermement dans un préfa, les gobelets en plastique et l'hébergement en CFA.
J'ai découvert via les SMS de Mr Conapts pendant la formation qu'il en était tout autrement. J'avoue, j'ai même été un chouilla inquiète sur le coup devant une série de SMS qui ne ressemblaient pas du tout à mon mari habituel. Le dernier jour de formation, il m'a dit qu'il restait dormir sur place pour être reposé pour la route. J'ai levé un sourcil, en mode "bah la formation est terminée, tu vas devoir partir" et il m'a répondu "ha mais non chérie, ça ne se passe pas comme ça ici, il va falloir que tu viennes un jour, je suis sûr que ça va beaucoup te plaire". EURF #enigma. Et puis il y a eu son retour, je me souviens que j'ai secrètement comparé l'état de mon mari à la dépression légère des ados revenant d'un camp de vacances adoré (vous savez, l'ado qui revient et qui critique TOUT genre c'est tout nul ici je veux repartir), et ma perplexité a encore augmenté. Mais que s'était-il passé durant cette formation, BOWDEL ?
Une chose était sûre, il n'y avait eu ni préfa, ni gobelets en plastique jetable, ni cours mortellement chiants, ni logement en internat.
Je vous rassure, mon mari a fini par se réacclimater à notre quotidien. Et en novembre, j'ai pu rencontrer, dans le cadre de la construction du projet auquel il participe, une partie de l'équipe des Pichoulis et une partie des stagiaires que Mr Conapts avait rencontré l'été. J'avoue, en un week-end seulement, j'ai compris pourquoi Mr Conapts avait tellement accroché.

C'est pourquoi, quand on m'a proposé d'être bénévole cuisine sur le CCP de cet été, je me suis dit que c’était vraiment une super occasion de recharger mes batteries et j’ai dit oui. Je ne vous parlerai cependant pas du contenu de la formation, puisque je n'étais pas stagiaire, mais de ce que cette expérience m'a apporté humainement parlant. Mais comme résumer tout ça en un seul article serait un peu long, je vous propose pour aujourd'hui de vous présenter le lieu.

Laissez moi vous embarquer dans une petite visite guidée des pichous, accompagnés par les magnifiques photos de Pierre et de Benoît.

Le lieu a une importance particulière pour ce type de formation, bien sûr, car il se doit d'être cohérent par rapport aux principes de la permaculture et aux valeurs qu'elle véhicule, mais ce n'est pas là la seule raison : le CCP, au moins dans sa version française, propose (et non impose !) à chacun de vivre, le temps de la formation, sur le lieu. Les Pichoulis, c’est un lieu vivant, cohérent et pédagogique.

La partie salon/repas/camping est abritée sous un hangar.... et c'est très pratique les jours de pluie comme les jours de canicule !

Au dessus des tentes, une création collective qui avait été réalisée lors de la dernière journée portes ouvertes... J'avoue, je suis assez fan.

... Les toilettes sèches ET la pissotière pour ces messieurs ! ... Les composteurs sont adjacents.

Le coin douches ! Deux douches de plein air, mais couvertes, et un point d'eau pour se brosser les dents.

Les repas ! En libre service mais confectionnés par une petite équipe cuisine dont je faisais partie.
Pour différentes raisons, il était spécifié dans le programme que la nourriture était végétarienne. Mais il se trouve qu'il y avait une proportion non négligeable de personnes véganes et/ou sans gluten sur cette session et du coup, c’était assez chouette pour moi, qui n'apprécie plus vraiment de cuisiner des produits animaux. J’ai travaillé en collaboration avec Michèle et essayé de proposer une version végane des menus choisis pour que tout le monde finalement, mange la même chose ou presque. J’ai fait plein de tests et d’improvisations, en particulier pour les desserts sans gluten car je ne suis pas du tout familière de cette cuisine, mais bon, il n’y a pas eu de malades à ma connaissance, c’est que ça a été grosso modo !

... Le coin vaisselle, toujours en plein air. Pour des questions d'orga, et pour que les tâches soient équitablement réparties, les personnes s'inscrivent sur un planning par équipes. Pensez-y pour les séjours en collectivité, je l'ai testé cet été pour les vacances (25 personnes au plus fort !) et ça a marché impec !

... Laissez moi vous présenter Henriette la poulette ! Exfiltrée du poulailler car elle se faisait maltraiter par ses congénères, elles fait sa vie comme elle le sent. Elle sait définitivement se faire comprendre et également se faire respecter. Michèle, la cuisinière en chef, s'est faite virer de la cuisine car elle voulait dormir et que la lumière et le mouvement la gênaient... #pouledecaractère !

Ici vous pouvez voir, de gauche à droite, l'espace vaisselle qui se prolonge par une serre, la salle de réunion rénovée en terre/paille, les ouvertures donnant sur la serre, l'espace cuisine extérieure (extérieure mais couverte !) et enfin la partie privative. (suivez le guiiiide !)

Derrière les bâtiments, se trouvent les bassins de phytoépuration, la mare et une cabane qui se transforme en espace convivial le soir lorsqu'il s'agit de ne pas déranger les personnes qui se reposent !

... et le jardin aromatique, qui jouxte l'espace camping.

Enfin, les pichoulis, ce sont deux sites : la maison des pichoulis que je viens de vous présenter, et Terre de Voyettes, qui est un espace de maraichage plein air et en serre, et qui permet de proposer des paniers de légumes cultivés selon les principes et les techniques de permaculture.

Si vous êtes du coin (ou pas d’ailleurs!), je ne saurais que trop vous recommander de faire un tour sur le site de l’air des pichoulis. Cette asso, est composée d'être humains superchouettes qui méritent d'être soutenus.... par nos choix de consommation.

Je vous retrouve très bientôt pour un prochain article, dans lequel j'essayerai de vous faire sentir l'ambiance si particulière de ce type de formation, là encore grâce aux superbes photos prises par Pierre. Et dans un troisième, je ferai le bilan sur ce que cette expérience m'a apporté, alors.... Stay tuned !

 

 

 

 

Commenter cet article