Chapitre 3 :Les goussets, la limite de mon incompétence

Publié le par schnappy

Après avoir fait mes premiers pas dans l'univers de la confection des couches lavables, et je vous fais grâce des couches d'essai frankenstein à partir de divers tissus de récup (serviette éponge, mais aussi rideaux de douche...), moches, effrayantes, prenant vie par des nuits orageuses, j'ai voulu percer le mystère des goussets.

Eh oui, le but c'est de vaincre l'ennemi n°1 de la maman (et du papa changeur de couches) : la Fuite! Et d'élever la performance de la couche lavable au rang de la jetable, car dans l'esprit des gens, il y a moins de fuites avec la jetable. Quand ça fuit avec une lavable, c'est parce que c'est une lavable, donc une couche moins fiable, mais quand ça fuit avec une jetable, c'est que ça devait vraiment fuir. On me parle alors du fameux horrible "caca-qui-remonte-jusque-dans-le-cou" auquel tous les parents, y compris ceux qui fonctionnent aux jetables, ont eu affaire, on me dit que je verrai bien comment je vais galérer avec ça avec des lavables. Ha oui, ba pour moi, lavable ou jetable, une fuite reste une fuite. Question fuite, lavables et jetables ne sont pas égales dans le fantasme populaire. Je pense surtout qu'on ne choisit pas certains paramètres, du genre la morphologie du bébé, ou encore s'il sera ou non ce qu'il convient d'appeler un gros pissouilleur. 
Enfin bref.

Bon. Concernant les goussets, donc, autrement appelés "barrières anti fuites", j'ai vraiment sué sang et eau sur la question. J'ai fait des gros bouzins. Les pas à pas que je suivais avaient pourtant l'air fastoche, comme ça. Oui mais voilà, malgré toute mon attention, ma concentration et mon application, mes goussets rétrécissaient mystérieusement autant que systématiquement, ne correspondaient plus du tout aux bons endroits, et n'étaient affreusement plus symétriques.

Ouverte.. Fermée...



Dans les expériences malheureuses aussi, je m'étais mis en tête que ce serait plus confortable pour le bébé  si la partie du gousset à son contact était en polaire et l'autre en PUL, donc étanche. Bon. Etanchéité : zéro, évidemment, fuite par capillarité. ya que ceux qui font rien qui ne font pas de choses ridicules.  

Tout de même, j'étais désespérée et je me disais que là, c'était peut être la limite, la limite de mon incompétence. Manier le PUL, faire des surcouches et des TE1 étanches, je n'en étais peut être tout simplement pas cap? Peut être fallait-il acheter tout ça? (N'empêche, la question reste toujours en suspens vu que, bébé n'étant pas né encore, l'épreuve du pipi test reste à faire... )
Et, question subsidiaire mais tout de même importante,  comment épater mon zhom qui veut absolument une couche en vache? déjà que le PUL tout seul, j'y arrive pas, alors le tissus déco en plus, ...

J'ai donc dans un premier temps décidé de mettre cette douloureuse question de côté et me consacrer à la confection des couches de base, les couches classiques. 

Publié dans Du bla bla!

Commenter cet article